Menu

Voici les artistes en résidence en 2017 :

Robin Richardson – auteure et artiste en arts visuels de Toronto (Ontario)

Robin Richardson est l’auteure de deux recueils de poésie et la rédactrice en chef de Minola Review. Ses œuvres ont été publiées, entre autres, dans Salon, Poetry Magazine, Hazlitt, Tin House, Partisan, Joyland et The North American Review. Elle est titulaire d’une MFA avec spécialisation en écriture du Sarah Lawrence College, et a été finaliste du Prix de poésie Radio-Canada, et des prix Walrus et Lemon Hound Poetry. Le dernier recueil de Richardson, Sit How You Want, sera publié chez Véhicule Press; certains des poèmes qu’il renferme ont été mis en musique par le compositeur Andrew Staniland pour The Brooklyn Art Song Society et ont été présentés au public new-yorkais en 2016. Les mémoires de Richardson, Like Father, paraîtront sous peu.


Steven Beckly – artiste en arts visuels spécialiste de la photographie de Toronto (Ontario)


Les images de Steven Beckly prennent avec fluidité la forme de photographies, de livres et de sculptures. Cultivant une poésie du désir, il explore l’épistémologie de l’intimité et sa valeur dans nos vies de plus en plus interreliées. Il a récemment exposé ses œuvres en solo, ou elles le seront sous peu, aux galeries Daniel Faria Gallery, Art Metropole, Bunker 2 (toutes à Toronto), AKA artist-run (Saskatoon), VU (Québec) et Eastern Edge (St. John’s). Ses images ont été publiées dans Hart House Review (Université de Toronto), Magenta Magazine (Magenta Foundation) et American Chordata (American Chordata Foundation). Il a obtenu une MFA de l’Université de Guelph. Il vit et travaille à Toronto. Pour plus de renseignements, aller à http://stevenbeckly.com (en anglais seulement).


Amanda Rhodenizer – peintre de Bridgewater (Nouvelle-Écosse), vivant à l’heure actuelle à Waterloo (Ontario)

Les œuvres d’Amanda Rhodenizer font appel à la capacité du portrait d’évoquer à la fois des récits contemporains et des récits historiques. Ses scènes construites existent dans des espaces « liminaux » et évoquent le foyer et la permanence, l’envahissement et la temporalité. S’inspirant des pratiques canadiennes en matière de location et d’immobilier, ses œuvres explorent les tensions dans nos relations avec les lieux sur les plans colonial, commercial et émotionnel. Rhodenizer est titulaire d’un BFA du Collège d’art et de design de la Nouvelle-Écosse et d’une MFA de l’Université de Waterloo. Elle a été lauréate pour la Nouvelle-Écosse du concours 1ères Œuvres! de la BMO (2006) et a depuis remporté plusieurs autres bourses et prix, notamment de la fondation Elizabeth Greenshields (2016) et du Region of Waterloo Arts Fund (2016). Des expositions de son travail ont eu lieu récemment à la Rotunda Gallery et à Open Sesame, à Kitchener, et en juin 2017 une exposition solo de ses nouvelles œuvres sera présentée au ARTsPLACE Artist-Run-Centre d’Annapolis Royal (Nouvelle-Écosse). Ses œuvres ont également fait partie d’expositions de groupe chez Art Mûr (Montréal), au Musée d’art et d’histoire d’Orillia (Orillia) et au Musée des beaux-arts de la Nouvelle-Écosse (Halifax). Pour plus de renseignements, aller à : www.arhodenizer.com (en anglais seulement).


Afua Cooper – auteure, poète, chef de file des milieux universitaire et communautaire de Toronto, vivant actuellement à Halifax

L’expertise d’Afua Cooper en arts, en histoire et en éducation, et la contribution de cette universitaire, romancière, historienne, poète et commentatrice de la scène culturelle et sociale à ces domaines sont largement reconnues et applaudies. Afua Cooper est titulaire d’un doctorat en histoire de l’Université de Toronto; son expertise inclut la culture noire au Canada, l’histoire des femmes noires, les relations hommes-femmes, l’esclavage, l’abolition et la liberté, l’éducation et les littératures noires. We’re Rooted Here and they Can’t Pull Us Up: Essays in African Canadian Women’s History, dont elle est l’une des coauteures, a remporté le prix Joseph Brant décerné au meilleur livre d’histoire. Son ouvrage révolutionnaire sur l’esclavage au Canada, The Hanging of Angelique: The Untold Story of Slavery in Canada and the Burning of Old Montreal, a été mis en nommination pour le prix du Gouverneur général.   Mme Cooper a contribué à assurer la place centrale de la poésie dub au Canada et au-delà, a été cofondatrice du Dub Poets Collective et a participé à l’organisation de plusieurs festivals internationaux de poésie dub. Elle a publié cinq livres de poésie, dont Copper Woman and Other Poems, qui a été salué par la critique, ainsi que deux romans historiques ayant récolté des prix au Canada et aux États-Unis. En raison de son extraordinaire contribution multidisciplinaire à la société et à la vie au Canada et ailleurs dans le monde, elle a été considérée par Essence Magazine comme une des 25 femmes qui façonnent le monde. En 2011, Mme Cooper a été nommée à la chaire James Robinson Johnston en études des Noirs au Canada de l’Université Dalhousie, à Halifax. Elle est aussi présidente et fondatrice de la Black Canadian Studies Association et du Dalhousie Black Faculty and Staff Caucus.


Stanzie Tooth – artiste en arts visuels de Bath (Ontario), vivant actuellement à Berlin, en Allemagne


Stanzie Tooth est d’abord artiste peintre, mais elle fait aussi des incursions dans les domaines de la sculpture, du collage et des installations. Ses œuvres récentes illustrent des sentiments de familiarité avec des lieux ou d’aliénation par rapport à des lieux. Tooth est titulaire d’un BFA de l’École d’art et de design de l’Ontario (2007) et d’une MFA de l’Université d’Ottawa (2015), où elle s’est vu accorder une bourse d’études supérieures de l’Ontario. Tooth a été lauréate en 2015 du prix pour la peinture Joseph Plaskett, grâce auquel elle a passé l’année 2016 à voyager et à créer un nouvel ensemble d’œuvres, effectuant des résidences à Berlin et en Islande, et des recherches autonomes en Grèce et en Italie. Son travail a été présenté dans de nombreuses expositions en solo et de groupe, entre autres à la General Hardware Contemporary, à la Galerie Karsh Masson et au Howard Park Institute. La troisième exposition solo de Stanzie à la General Hardware Contemporary, « The Distance of the Moon », débute en mars 2017. À l’heure actuelle, sa vie se passe entre l’Ontario et Berlin.