Menu

Intendance

Le sentier Bruce

Le sentier Bruce suit l'Escarpement sur 497 milles (800 kilomètres), de Tobermory à Queenston, et constitue le sentier de grande randonnée le plus ancien au Canada. La Bruce Trail Conservancy a été incorporée en Ontario le 13 mars 1963, et le sentier officiellement ouverte en 1967. La Conservancy est appuyée par 8 000 membres et 750 bénévoles actifs répartis dans neuf clubs.

En 1997, la Fiducie du patrimoine ontarien et la Bruce Trail Conservancy ont créé une fiducie foncière plus ambitieuse. Dans le cadre de cette association, la Fiducie détient, au bénéfice de la population ontarienne, des terres acquises en vue de la création d'un chemin permanent pour le sentier Bruce. Ces terres comprennent plus de 110 propriétés, couvrant plus de 4 400 acres (1 780 hectares).

La Fiducie accepte les dons en argent, en biens immobiliers et en servitudes qui contribuent à l'achèvement du réseau de parcs de l'escarpement du Niagara et d'un chemin permanent pour le sentier Bruce. La Bruce Trail Conservancy gère le sentier, collecte des fonds et négocie les acquisitions de propriétés et les donations.

L'escarpement du Niagara

L'escarpement du Niagara est une des formes de relief les plus pittoresques du Canada. Il s'étend sur 450 milles (725 kilomètres) – de Queenston près de Niagara Falls, aux îles du parc marin national Fathom Five, au large de Tobermory, à la pointe de la péninsule Bruce. À partir de là, il continue sous l'eau jusqu'à l’île Manitoulin puis jusqu'aux États-Unis, formant une bordure en forme de fer à cheval autour du bassin Michigan. Le sentier Bruce – le sentier de randonnée le plus long du Canada – longe l'escarpement.

L'Escarpement s'est créé il y a plus de 450 millions d'années. Il commença par un immense delta provenant de l'érosion de montagnes très anciennes, qui devint, par la suite, le fond d'une mer tropicale peu profonde. Les squelettes de monstres marins primitifs vinrent s'ajouter aux sédiments qui se comprimèrent avec le temps pour former schiste, grès, calcaire et dolomie, les pierres de l’escarpement du Niagara. L'eau, le temps, et les glaciations successives sculptèrent des couches rocheuses pour donner les paysages spectaculaires que l'on peut admirer aujourd'hui.

Les forêts de la surface forment l'une des plus grandes zones forestières qui restent dans le sud ontarien et constituent un couloir vital pour les différentes espèces d'arbres. Les marais y abondent. Plusieurs grandes rivières et de nombreux cours d'eau prennent leur source dans les eaux en amont de l'Escarpement et dégringolent en chutes imposantes, telles les chutes Ball. Des regroupements de plantes inhabituelles créent des jardins sauvages aussi rares qu'inestimables. Des dizaines d'espèces de fougères qui aiment le calcaire, telles que la langue-de-cerf, prospèrent dans les coins et recoins ombrageux de l'Escarpement. Celui-ci sert également de support à une forêt primaire. De minuscules thuyas occidentaux tout tordus s'accrochent aux falaises ; ces arbres millénaires sont les plus vieux de l'est de l'Amérique du Nord.

Les formations géologiques inhabituelles de l'escarpement, soit des couches comprimées de schiste argileux, de grès, de calcaire et de dolomie qui se sont formées sur des millions d'années, représentent ses caractéristiques les plus spectaculaires. Les randonneurs apprécieront la grande variété de fougères et d'orchidées délicates, et les cèdres noueux millénaires qui poussent sur la face abrupte des falaises. En 1990, les Nations Unies ont désigné l'escarpement du Niagara réserve mondiale de la biosphère.

En collaboration avec d'autres partenaires comme le ministère des Richesses naturelles et des Forêts et La Bruce Trail Conservancy, la Fiducie uvre à la protection de l'escarpement. Nous avons aidé à acquérir des parcs, soit plus de 11 000 acres (4 452 hectares) jusqu'à présent, nous acceptons les dons et nous favorisons la saine intendance des terres appartenant à des particuliers.

La moraine d'Oak Ridges

Les propriétés de la Fiducie, d'une superficie totale de 1 148 acres (465 hectares) se trouvent sur la moraine d'Oak Ridges. La propriété des Bullen (161 acres ou 65 hectares), constituée de forêts de bois dur et mixtes, jouxte une zone essentielle de la moraine, la forêt de Ganaraska. Robert et Dorothy Bullen en ont fait don à la Fondation en 1980.

Perché sur les « épaules » de la moraine d'Oak Ridges, le site naturel de Fleetwook Creek protège les forêts et les marais des eaux en amont de ce cours d'eau. Cette propriété, qui occupe une superficie de 910 acres (365 hectares) et abrite 268 espèces de fleurs et 44 espèces d'oiseaux reproducteurs, fut donnée à la Fiducie par la famille Pangman, au milieu des années 1980. Elle est protégée conjointement par l'Office de protection de la nature de la région des Kawartha et par la Fondation.

La propriété des Walker – 173 acres (70 hectares) cédés en 1978 par M. et Mme James Walker - est située près d'Uxbridge et rattachée aux forêts de Glen Major, qui appartiennent à l'Office de protection de la nature de l'agglomération torontoise et de sa région. C'est là que Duffin Creek prend sa source.

L'érablière des Sheppard et la propriété des Smith sont situés dans la ville d'Aurora. En 1972, E. Reginald Sheppard fit don de ses forêts. Quant à la propriété des Smith, elle a été donnée en 1992 par feue Anne Bartley Smith.

Les propriétés des Wright et des Blair se trouvent toutes les deux dans la zone de partage des eaux de la Humber. Malgré leur petite taille, elles jouent un rôle important dans la conservation des eaux d'amont de la rivière. Celle des Wright, l'une des premières acquisitions de la Fiducie au titre de la protection de sites naturels, fut cédée en 1970 par Justice Peter Wright. Enfin, la propriété des Blair fut donnée en 1981 par Sydney M. Blair.