Menu

Avant l'établissement des Européens et des Canadiens et l'établissement de ce domaine, la région de la rivière Grand – riche en ressources naturelles – constituait un habitat privilégié pour les populations autochtones, en particulier durant la période de 8 000 avant J.-C. à 1 000 après J.-C. La propriété Ruthven faisait partie de la colonie du Lower Cayuga. Les Cayugas sont l'une des Six Nations Iroquois à qui, en tant que loyalistes pendant la Révolution américaine, le gouverneur Haldimand a octroyé des terres le long de la rivière Grand en 1784. Au début du 19e siècle, une longue maison Cayuga se trouvait à l'emplacement de la demeure construite en 1845.

On suppose qu'il y avait au moins six habitations Cayuga à proximité ainsi que d'autres maisons Cayuga au sud, près de la rive. En 1832, David Thompson (1793-1851) s'est installé sur ce site, au bord de la rivière Grand. M. Thompson, riche homme d'affaires et politicien local, avait été officier durant la guerre de 1812 et entrepreneur dans le cadre du premier canal Welland. Il était également un des associés de William Hamilton Merritt, le principal promoteur du canal Welland, puis de la Grand River Navigation Company (GRNC). Thompson a fait construire plusieurs moulins sur la rivière Grand, lesquels ont attiré des colons au sein de ce qui est devenu le village d'Indiana. Il a ensuite commencé à débroussailler les terres avoisinantes qui sont devenues le domaine Ruthven au début des années 1840.

La maison principale a vraisemblablement été achevée en 1846. L'arrivée du chemin de fer dans les années 1850 a entraîné le déclin de la GRNC. Même si les moulins de Thompson et le village d'Indiana, qui dépendaient de la prospérité de la GRNC, ont fini par disparaître, la famille a continué d'occuper et d'entretenir le domaine Ruthven. Au début du 20e siècle, il servait de maison de campagne à la famille Thompson. Le domaine est resté dans la famille jusqu'en 1992, date à laquelle il a été acheté par la fiducie foncière de la Lower Grand River avec 1 600 acres (648 hectares) de terres agricoles.

Ruthven est l'un des derniers rares exemples de cette combinaison romantique d'architecture classique et de paysage pittoresque qui a caractérisé les domaines à la fin du 18e siècle et au début du 19e siècle. Il a été conçu dans le style classique néo-grec par un expatrié américain, l'architecte John Lapshaw, de Drummondville. La maison principale est construite en calcaire de l'Ohio et mesure 45 pieds par 40 pieds (14 mètres par 12 mètres). Elle comporte une composition symétrique à cinq baies avec un soubassement élevé, deux étages et un grenier, un parement en pierre de taille avec des pierres carrées à surface travaillée, et un plan presque carré auquel fait face un portique de 30 pieds de hauteur (9 mètres) avec des colonnes doriques en bois et une frise dorique complète et un fronton face à la rivière. Le toit à quatre versants faiblement incliné comporte des paires d'imposantes cheminées ornementées de motifs néo-grecs. Des fenêtres latérales et une traverse en voûte entourent la porte de l'entrée principale. Un porche situé au sud dans l'aile est possède quatre colonnes doriques, un entablement et une balustrade en bois similaire à l'avant du temple de la façade principale. La maison a été agrandie à l'arrière, vers 1865. À l'intérieur, on trouve des colonnes grecques, des cheminées en marbre italien, des plafonds de 15 pieds (5 mètres) et un escalier en spirale qui dessert les trois étages sous un puits de lumière. Des bâtiments agricoles ont été disposés autour d'un jardin rectangulaire clos à proximité de la maison principale. La remise est un bâtiment en forme de L, situé au sud de la maison principale; elle est construite en moellon d'appareil. Elle possède un toit à deux versants avec une coupole à persiennes. La maison du gardien présente une structure en brique rouge. Un cimetière familial est situé au sud de la maison principale, le long de la rivière.

L'importance du domaine Ruthven comme villa de style néo-grec est mise en valeur par son espace paysager pittoresque et simple du 19e siècle. La maison du gardien, la maison principale et les bâtiments annexes sont liés visuellement par un ensemble de pelouses, de bosquets d'arbustes et d'allées en courbe bordées d'arbres. La propriété inclut une partie d'une zone d'intérêt naturel et scientifique dont l'importance a été reconnue par la province, la forêt marécageuse de North Cayuga, et une zone marécageuse de classe III dont l'importance a été reconnue par la province – la parcelle Young n° 2.

L'édifice a été déclaré lieu historique national en 1995. La Fiducie du patrimoine ontarien a établi une servitude protectrice du patrimoine sur l'édifice en 1996 et la Ville de Cayuga l'a placé sous la protection de la Loi sur le patrimoine de l'Ontario en 1998.