W. Kelly - Ontario Heritage Trust

W. Kelly, Toronto

Cette table et cette chaise appartenaient à ma grand-mère. Elle la tenait de son père, qui l’avait, ainsi que ses deux frères, amenée au Canada tout juste après la Première Guerre mondiale. Sa mère était morte en couches. Elle m’a montré les médailles de guerre de son père quand j’étais petit garçon. Il avait combattu dans diverses guerres, dans différentes parties du monde, et avait quitté l’Écosse une fois devenu veuf, à peu près à l’âge que j’ai maintenant. Ils n’avaient rien, sinon de la terre, probablement un lot de colonisation, à Terra Cotta. Ma grand-mère m’a raconté que son père avait creusé un trou dans le sol rouge et l’avait recouvert d’un papier goudronné, et qu’ils avaient vécu un an dans ce trou, pendant qu’il construisait une maison au-dessus de leurs têtes. Imaginez, être le père d’une famille monoparentale, travailler sur des fermes (pour des agriculteurs qui ne paient pas toujours), puis revenir à la maison à la fin de la journée (à votre trou) et continuer de travailler pour construire une maison pour vos enfants. Cette table est le premier meuble qu’ils ont eu pour leur maison. Celle ci, et la chaise ainsi qu’un autre souvenir que j’ai de cette maison – une journée ensoleillée au cours de laquelle j’ai aidé ma grand-mère à éclaircir les branches des lilas à la limite du jardin, là où il cédait la place à un champ cultivé – sont tout ce qui reste de ce foyer.




Thèmes de cette histoire