Récipiendaires 2020 - Ontario Heritage Trust

Menu

Récipiendaires des Prix du lieutenant-gouverneur pour les réalisations en matière de conservation du patrimoine ontarien 2020

John Ecker, président de la Fiducie du patrimoine ontarien, a déclaré, « La Fiducie du patrimoine ontarien est fière de se joindre à la lieutenante-gouverneure de l'Ontario pour rendre hommage à ces personnes et organisations remarquables en reconnaissance de leurs réalisations exceptionnelles. Leur leadership, leur engagement et leurs innovations en matière de conservation du patrimoine inciteront à leur tour d'autres personnes à apporter leur propre contribution importante à notre province ».
Cérémonie virtuelle de remise des prix 2020 tenue le 18 février 2021
La cérémonie virtuelle de remise des prix 2020 s’est tenue le 18 février 2021

Les prix annuels du lieutenant-gouverneur pour réalisations en matière de conservation du patrimoine ontarien reconnaissent les contributions exceptionnelles à la conservation du patrimoine naturel, à la viabilité de l’environnement et à la biodiversité. Les lauréats de cette année englobent un large éventail de réalisations uniques et fascinantes dans le domaine de la conservation du patrimoine ontarien. Ils renforcent la capacité du patrimoine à inspirer, à stimuler la créativité et à nous motiver à léguer aux générations futures des connaissances, des récits et des histoires, ainsi qu’un environnement culturel dynamique. Félicitations à tous!

Nous sommes ravis de vous présenter les lauréats de cette année :

Ensemble des réalisations :

Réalisations des jeunes :

Individuel :

Groupe :

Excellence en matière de conservation :

Prix Thomas Symons pour l’engagement en faveur de la conservation :

Ensemble des réalisations :

William Terry

William Terry œuvre depuis 28 ans comme bénévole dans le comté de Norfolk. Ses activités et son intérêt contagieux pour le patrimoine ont nourri une culture de la conservation patrimoniale et stimulé le bénévolat à l’échelle locale. En plus d’avoir siégé au conseil d’administration de la Norfolk Historical Society, il a présidé une section de la United Empire Loyalists Association of Canada, où il a organisé et coordonné les festivités de la Journée des loyalistes en Ontario pendant plus de 10 ans, puis a occupé les fonctions de président national de l’organisation pendant deux ans. Ses activités de bénévolat ont favorisé la reconnaissance et l’enrichissement des lieux patrimoniaux locaux. Il a notamment documenté des milliers de noms et de dates inscrits sur des pierres tombales dans plus d’une centaine de cimetières à Norfolk, et mené des programmes éducatifs et des travaux de recherche au Musée et centre d’archives Eva Brook Donly. Son action a été une grande source d’inspiration dans sa collectivité. En 2018, il a reçu le prix Dogwood, décerné aux particuliers et aux groupes qui apportent une contribution exceptionnelle au patrimoine et à la culture du comté de Norfolk.

William Terry
William Terry


Réalisations des jeunes – Individuel

Charlene Rocha

Charlene Rocha est une organisatrice communautaire et une conférencière à la St. Mary Catholic Secondary School à Pickering. Elle inspire de nombreux élèves par son engagement en faveur de la préservation du milieu naturel et fait autorité dans l’ensemble de la collectivité de Pickering par ses qualités de leadership et ses compétences en organisation communautaire. Dans son école, elle contribue à de nombreuses initiatives menées par des élèves, compte parmi les membres éminents du club de l’environnement et défend avec passion la protection de l’environnement. Son leadership a incité un grand nombre d’élèves à faire du bénévolat. Animée d’une volonté constante de préserver et de protéger le milieu naturel, Charlene Rocha exerce une large influence dans la collectivité et interpelle directement les représentants élus à tous les ordres de gouvernement à ce sujet.

Charlene Rocha
Charlene Rocha


Paula Umeh

Paula Umeh est élève de la Michael Power-St. Joseph High School à Etobicoke. Chaque année depuis 2017, elle conçoit et dirige des activités et des spectacles à l’occasion du Mois de l’histoire des Noirs dans son école. Elle siège au comité de direction du Mois de l’histoire des Noirs depuis la 10e année et joue, depuis, un rôle de premier plan dans l’organisation des festivités de cet événement annuel, notamment en créant, en enseignant et en interprétant des danses africaines. Son travail de conception et de présentation de ces spectacles permet de faire connaître la signification des vêtements et des chants traditionnels, d’accroître la sensibilisation à la culture et à l’histoire de l’Afrique et des Caraïbes et d’inspirer ses camarades et le personnel.

Paula Umeh tenant son prix
Paula Umeh tenant son prix




Réalisations des jeunes – Groupe

Projet de recherche de documents d’archive sur l’immigration et la culture italo-canadiennes

Le Projet de recherche de documents d’archive sur l’immigration et la culture italo-canadiennes vise à recenser et à préserver le patrimoine culturel de l’immigration italo-canadienne en Ontario et à faire connaître ces histoires lors de conférences et au moyen d’archives en ligne. Le travail des étudiants est soutenu par l’Université Brock, l’University College (Université de Toronto) et l’Université de Guelph. Les recherches des étudiants ont mis au jour les traditions orales, les expressions, la langue, l’art, la musique, les pratiques sociales et les traditions de la communauté italo-canadienne historique de l’Ontario. Ces histoires s’inscrivent dans un large éventail de ressources patrimoniales. Dans le cadre de leurs projets universitaires, les étudiants ont enregistré des histoires orales et intégré de nouvelles archives, comme des passeports, des photographies et des documents de formation pédagogique émanant de collections privées de familles d’immigrants, ainsi que des documents issus de syndicats et du club du patrimoine local. Les travaux menés par les étudiants ont permis de préserver des documents historiques, des archives et des histoires orales, et de mettre ces ressources à la disposition d’un public international au moyen d’une plateforme en ligne.

Pour en savoir plus sur ce projet (en anglais seulement)

Tiré du Projet de recherche de documents d’archive sur l’immigration et la culture italo-canadiennes
Tiré du Projet de recherche de documents d’archive sur l’immigration et la culture italo-canadiennes


Excellence en matière de conservation

Réadaptation du Walker Power Building, Windsor

Le Walker Power Building de Windsor, inspiré de l’œuvre de l’architecte de Detroit, Albert Kahn, est un symbole du patrimoine industriel de la ville. Le bâtiment était à l’abandon jusqu’à ce qu’Aleo Associates lance un projet de réadaptation, mené entre 2016 et 2019. Ces travaux de restauration hors normes ont permis de transformer cette ancienne centrale électrique en un bâtiment commercial moderne du XXIe siècle et de créer un nouveau pôle de développement communautaire et économique dans le quartier Walkerville. Le projet de réadaptation a été l’occasion de revêtir de calcaire la charpente en béton, tout en conservant les formes et les proportions historiques. Les fenêtres actuelles sont fidèles au système d’origine. Une plaque tournante ferroviaire de 17 mètres (55 pieds) datant des années 1880, assortie d’un système de poutres et de rails, a été déterrée lors des travaux de rénovation, à la surprise générale. À la suite de fouilles archéologiques, les promoteurs ont décidé de préserver ce trésor et de l’exposer aux usagers du bâtiment en installant un plancher de verre au-dessus de cette découverte historique.

Participants au projet :

  • Aleo Associates
  • Patrick et Stephen Ducharme
Walker Power Building, Windsor
Le Walker Power Building, Windsor


Conservation de l’avion Tiger Moth par l’Edenvale Classic Aircraft Foundation

Cet avion De Havilland 82 Tiger Moth, également connu sous le nom d’Audrey, a été construit par des femmes pendant la Seconde Guerre mondiale et, après deux années de restauration complète, il vole encore aujourd’hui. Ce travail de conservation et de rénovation est le fruit de milliers d’heures de travail consacrées par des bénévoles et des artisans qualifiés de l’Edenvale Classic Aircraft Foundation. Les composants ont été fabriqués et ajustés à la main pour recréer les composants d’origine sur la base de dessins de construction datant de 1943. De nouvelles techniques ont été intégrées relativement au tissu d’entoilage, au lardage, aux enduits et aux peintures pour répondre aux règles de sécurité actuelles. Audrey est l’attraction vedette du festival annuel Gathering of the Classics et, grâce à cette restauration, elle continuera d’attirer l’intérêt et les touristes dans la collectivité pendant encore de nombreuses années.

Pour en savoir plus sur l’Edenvale Classic Aircraft Foundation (en anglais seulement)

Conservation de l’avion Tiger Moth par l’Edenvale Classic Aircraft Foundation
Conservation de l’avion Tiger Moth par l’Edenvale Classic Aircraft Foundation


Numérisation et diffusion des archives de la revue Ontario History par la Société historique de l’Ontario

La revue Ontario History, anciennement Papers and Records, a été fondée par la Société historique de l’Ontario (SHO) en 1899, ce qui en fait l’une des plus anciennes revues d’histoire au Canada. Entre 2013 et 2020, la SHO a numérisé le texte intégral de 280 numéros, si bien que l’archive est aujourd’hui le plus grand recueil d’histoires sur le passé de la province. Plus de 100 000 dollars ont été recueillis pour entreprendre ce projet, qui a consisté en la numérisation de plus de 2 000 articles et critiques d’ouvrages, la production d’un index numérique interactif, la recherche et l’acquisition des droits d’auteur, la dotation en personnel et d’autres activités de gestion du projet. Soixante-quatre consultations ont été menées auprès des parties prenantes au cours du projet. Les archives de la revue renferment une mine de documents originaux et de nouveaux travaux de recherche, rédigés par d’éminents historiens ontariens, et représentent l’une des plus importantes sources d’information sur l’histoire de la province. Par sa numérisation, la revue Ontario History a non seulement été mise à la disposition d’un public beaucoup plus large, mais elle a aussi été préservée dans l’intérêt des générations à venir. Depuis le lancement de l’archive, près de 2 500 anciens numéros ont déjà été téléchargés, et les adhésions à la SHO ont augmenté, ce qui aidera la Société à produire de nouvelles éditions de haute qualité au cours des prochaines années.

Parcourez les anciennes éditions numérisées de l’Ontario History Journal (en anglais seulement)



Initiative Heritage at Home de Heritage Toronto et le programme Emerging Historians

L’initiative Heritage at Home de Heritage Toronto visait à créer des contenus numériques afin de susciter l’intérêt continu du public à l’égard du patrimoine torontois pendant les mesures de confinement mises en place au printemps 2020 face à la COVID-19. En plus proposer des excursions, des articles et des retransmissions en direct, l’initiative a exploré de nouveaux formats de médias sociaux et élaboré de nouvelles campagnes. Des contenus numériques ont été recherchés et produits sur des sujets comme l’histoire de la santé publique ou l’héritage noir de Toronto. Le projet s’est fondé sur une série de partenariats du fait de ressources limitées et a été soutenu par les travaux de jeunes professionnels dans le cadre du programme Emerging Historians de Heritage Toronto : 13 jeunes professionnels ont ainsi apporté leurs idées nouvelles, leur énergie et leurs perspectives pour stimuler et diversifier le secteur du patrimoine. Ce programme comprend des expériences en ligne axées sur les racines autochtones de Toronto et le quartier de Little Jamaica, de telle sorte que les nouveaux contenus créés pendant la pandémie de COVID-19 contribuent également à renforcer l’équité sociale dans le secteur du patrimoine. Les contenus de l’initiative Heritage at Home ont enrichi la stratégie numérique de l’organisation et généré une croissance importante de son public en ligne, attirant 25 000 internautes en 2020, contre seulement 3 000 l’année précédente.

Consultez le site Web de Heritage Toronto (en anglais seulement)

Site Web de Heritage Toronto
Site Web de Heritage Toronto


Représentation de The Ward Cabaret

La représentation de The Ward Cabaret dévoile et raconte, à travers la musique, l’histoire de l’ancien quartier St. John’s de Toronto. Il propulse le public dans l’univers de The Ward, un quartier bordé par la rue Yonge à l’est, l’avenue University à l’ouest, la rue Queen au sud et la rue College au nord, qui était la première grande enclave d’immigrants de Toronto du milieu du XIXe siècle au milieu du XXe siècle. Rassemblant des communautés juives, irlandaises, italiennes, chinoises et africaines, ainsi que d’autres communautés ethnoculturelles vivant côte à côte dans une grande densité, The Ward recèle d’histoires incroyablement riches qui témoignent de l’expérience urbaine à Toronto. Lorsque les habitants de The Ward ont été déplacés par la Ville et que ses maisons et commerces ont été rasés pour faire place au nouvel Hôtel de Ville et au Nathan Philips Square, cette collectivité a été effacée du tissu, de la mémoire et de l’identité même de Toronto. The Ward Cabaret interprète et restaure les histoires trépidantes et les sons du quartier St. John’s pour redonner vie à un espace disparu en concevant la musique comme un lien avec le passé.

Participants au projet :

  • Directeur artistique : David Buchbinder
  • Chefs de production : John Lorinc et Michael McClelland
  • Auteure : Marjorie Chan
  • Co-metteure en scène : Leah Cherniak

Joignez-vous au Ward Cabaret alors qu’il célèbre sur Facebook et Twitter sa victoire du Prix du lieutenant-gouverneur de la Fiducie du patrimoine ontarien.

Représentation de The Ward Cabaret
Représentation de The Ward Cabaret


Restauration du bureau de poste Fuller, Smiths Falls

Plus de 80 bureaux de poste ont été conçus par l’architecte Thomas Fuller pour le ministère fédéral des Travaux publics entre 1881 et 1897. À l’époque, ces bâtiments emblématiques servent de points d’ancrage dans de nombreuses collectivités au Canada et démontrent le pouvoir et le prestige du tout nouveau gouvernement fédéral. Le bureau de poste Fuller de Smiths Falls, achevé en 1894, possède une valeur architecturale et culturelle considérable. Bruce Linton, fondateur de Canopy Growth, a acheté le bâtiment et entrepris des travaux de restauration d’une durée de 15 mois, qui se sont terminés en 2020. Bruce Linton et son équipe de 75 professionnels, dont 95 p. 100 habitaient Smiths Falls, ont mené d’importantes recherches sur le bâtiment et restauré de précieux détails architecturaux et des boiseries en appliquant des méthodes traditionnelles ou en acquérant des matériaux à la conception précise en cas d’indisponibilité des sources d’approvisionnement d’origine ou d’éléments de rechange. Ce projet, qui contribue grandement à nourrir une culture locale de la conservation, a inspiré d’autres projets de conservation du patrimoine bâti dans le même édifice commercial. Il a incité les constructeurs à poursuivre leurs travaux dans un même souci de qualité, de recherche et d’éthique de la conservation, et généré de nouveaux projets de construction de commerces et de logements dans la zone commerciale du centre-ville de Smiths Falls.

Participants au projet :

  • Bruce Linton, propriétaire
  • Dwight Brown, conseiller
  • Eddie Edmundson, architecte
  • Mike Cleland, ingénieur
  • Paul Moore, maçonnerie
  • Tom Sullivan, travaux de plomberie
  • Mike Prevost, électricien
  • Dennis O’Connor, système CVC
  • Dave Ritskes, structures métalliques
  • Andy Brown, boiseries
  • Bruce Healey, fenêtres

Un communiqué de presse local célèbre cette victoire (en anglais seulement)

Bureau de poste Fuller, Smiths Falls
Bureau de poste Fuller, Smiths Falls


Restauration de Ham House, Bath

Ham House est une rare structure commerciale et résidentielle de style fédéral, qui date de 1816. Cet édifice de Bath, auparavant en mauvais état et considéré comme un bâtiment laid et vétuste, avait besoin d’attention. La collectivité s’est donc ralliée à sa rescousse et a sauvé et restauré la propriété. Deux membres de la collectivité, Ron Tasker (administrateur de la Frontenac Heritage Foundation) et Bonnie Crook, ont pris l’initiative de restaurer la maison et ont accompli la plupart des travaux eux-mêmes, avec le concours d’amis et de bénévoles. Les travaux réalisés répondent à des normes de conservation élevées : après des recherches approfondies sur les utilisations historiques du bien, le bâtiment a été soulevé, ses fondations ont été reconstruites et les structures néoclassiques et autres qui avaient été endommagées par l’eau ont été remplacées et restaurées. Le projet témoigne d’un fort esprit d’initiative et d’une volonté manifeste de conserver le patrimoine architectural, qui ont convaincu le conseil local que le mauvais état matériel d’une structure patrimoniale d’exception n’était pas un obstacle insurmontable à sa restauration. La collectivité voit désormais cet élément de son patrimoine bâti comme un atout et espère que la restauration sera un moteur de développement économique et de tourisme à Bath.

Participants au projet :

  • Ron Tasker et Bonnie Crook
  • David White, DJ White Restorations
  • Jim Crutcher
  • Konstantinos Panageotopoulos
  • Virginia Thompson
  • Eric Rebiere
  • Canton Loyalist

Pour en savoir plus sur l’histoire et la restauration de Ham House (en anglais seulement)

Ham House, Bath
Ham House, Bath


Revitalisation du Paradise Theatre, Toronto

Situé dans le quartier de Dovercourt à Toronto, le Paradise Theatre montre combien les théâtres de quartier historiques peuvent devenir de véritables centres d’enrichissement culturel et communautaire. De 2014 à 2019, l’équipe du projet a mené à bien un travail méticuleux de conservation de la façade extérieure, ainsi que des travaux de conservation et de réhabilitation de l’aile est. Elle a notamment supprimé les modifications apportées au bâtiment qui avaient altéré son caractère Art déco au fil du temps, comme l’enseigne murale, le revêtement de carreaux en céramique et la pose de portes et de fenêtres génériques. Des éléments de rechange contemporains ont été conçus dans un souci de compatibilité, en tenant compte des détails et des proportions propres à la période d’origine, comme en témoignent la reconstruction de l’enseigne « Paradise » perdue (à partir d’une analyse minutieuse de photos historiques et de recherches), à l’image des enseignes de théâtre de l’époque, et la recréation des portes d’entrée et de la billetterie en acier inoxydable. Le projet célèbre le style Art déco du bâtiment tout en répondant aux exigences modernes des théâtres et des espaces de représentation. Aujourd’hui, le Paradise Theatre se distingue par sa façade extérieure, qui fait honneur aux détails d’origine de 1937, et brille par son intérieur rafraîchi, qui permet une utilisation flexible de l’espace de représentation et peut servir à diverses activités communautaires.

Participants au projet :

  • Propriétaire du lieu : Moray Tawse
  • Principal architecte : Ware Malcomb
  • Architecte en conservation du patrimoine : ERA Architects
  • Décoration intérieure : Solid Design Creative
  • Enseignes : Pride Signs
  • Maçonnerie : Clifford Restoration
  • Éléments en acier inoxydable : Brascon Stainless Steel Fabricators Inc.
Façade du Paradise Theatre, Toronto
Façade du Paradise Theatre, Toronto


Prix Thomas Symons pour l’engagement en faveur de la conservation :

Carolyn King

Carolyn King est une éducatrice communautaire dont le leadership et les efforts soutenus ont considérablement enrichi les savoirs interculturels et la compréhension de la culture et de la vision autochtones, notamment dans la région du grand Toronto. De 1997 à 1999, elle a été la chef de la Première Nation mississauga de New Credit, et la première femme élue à ce poste. Elle a travaillé pendant plus de 20 ans au Bureau de consultation et de liaison de la Première Nation mississauga de New Credit, et pendant plus de 25 ans dans le domaine du développement communautaire des Premières Nations. Elle est régulièrement sollicitée à titre de conférencière et d’éducatrice pour ses connaissances et ses idées sur la compréhension et les savoirs interculturels et sur le développement communautaire. Elle est ainsi souvent invitée par des organismes publics, des collèges, des universités, des entreprises et des organismes communautaires à animer des séances de formation interculturelle. Grâce à son rôle moteur et à l’élaboration du projet Moccasin Identifier, elle a permis au grand public de mieux comprendre la place historique des Autochtones dans la région du grand Toronto. Conçu par Carolyn King en partenariat avec la Première Nation mississauga de New Credit et la Greenbelt Foundation, ce projet vise à sensibiliser la population aux lieux culturels et historiques importants et à la présence ancestrale des communautés des Premières Nations, des Métis et des Autochtones.

Carolyn King
Carolyn King