Récipiendaires 2021 - Ontario Heritage Trust

Menu

Récipiendaires des Prix du lieutenant-gouverneur pour les réalisations en matière de conservation du patrimoine ontarien 2021

« La Fiducie du patrimoine ontarien est ravie de collaborer avec la lieutenante-gouverneure de l’Ontario afin de rendre hommage aux gens, aux organismes et aux communautés d’exception pour leurs réalisations en faveur de la conservation du patrimoine. Leurs contributions mettent en évidence la diversité qui règne dans notre province en plus de favoriser une meilleure compréhension vis-à-vis notre patrimoine commun. Je tiens à féliciter et à remercier du fond du cœur l’ensemble des récipiendaires pour leur dévouement à la cause de la préservation de notre précieux patrimoine provincial. » – John Ecker, président de la Fiducie du patrimoine ontarien
Cérémonie virtuelle de remise des prix 2021 tenue le 24 février 2022
Cérémonie virtuelle de remise des prix 2021 tenue le 24 février 2022

Les prix annuels du lieutenant-gouverneur pour réalisations en matière de conservation du patrimoine ontarien reconnaissent les contributions exceptionnelles à la conservation du patrimoine naturel, à la viabilité de l’environnement et à la biodiversité. Les lauréats de cette année englobent un large éventail de réalisations uniques et fascinantes dans le domaine de la conservation du patrimoine ontarien. Ils renforcent la capacité du patrimoine à inspirer, à stimuler la créativité et à nous motiver à léguer aux générations futures des connaissances, des récits et des histoires, ainsi qu’un environnement culturel dynamique. Félicitations à tous!  

Nous sommes ravis de vous présenter les lauréats de cette année :


Réalisations des jeunes :

Individuel :

Groupe :

Ensemble des réalisations :

Excellence en matière de conservation :

Réalisations communautaires :

Prix Thomas Symons pour l’engagement en faveur de la conservation :


Réalisations des jeunes – Individuel

Briana Zhong

Briana Zhong est une élève de 15 ans de la St. Robert Catholic High School de Markham qui a su montrer l’exemple pour promouvoir la conservation et la durabilité dans nos milieux naturels et bâtis, et prendre l’initiative de lancer ses propres projets. Elle a soutenu les activités de conservation de son école en fondant un écoclub, et est membre exécutive de son conseil STIM, de son club des espèces menacées et de son club de design urbain, où elle anime des discussions sur la manière d’intégrer la conservation dans la planification du patrimoine urbain et naturel. Inspirés par ses efforts, des élèves plus jeunes de son école ont créé des annonces et des affiches sur l’importance de la conservation. Briana Zhong a également fondé l’initiative Go Wild Nature Kits, avec le soutien du Fonds mondial pour la nature Canada (WWF-Canada), dans le but d’inciter les élèves du secondaire à restaurer les habitats des espèces en péril.

Briana Zhong
Briana Zhong


Jusleen Mehta

Jusleen Mehta est une élève de 17 ans du Martingrove Collegiate de Toronto qui a fait preuve de leadership et d’une vision exemplaires en concevant des activités sur les médias sociaux afin de sensibiliser son école et sa communauté au patrimoine culturel asiatique. Pendant sa première année d’études secondaires, elle a contribué à l’assemblée du patrimoine asiatique de son école en créant des affiches pour motiver les élèves à participer et pour coordonner les artistes en coulisses. Lorsque la pandémie de COVID-19 a entraîné le passage à l’enseignement et aux activités virtuels, Jusleen Mehta a supervisé tous les détails du Mois du patrimoine asiatique de son école, en transformant l’assemblée du patrimoine asiatique habituellement en présentiel de son école en une variété d’activités virtuelles qui ont uni et engagé sa communauté scolaire comme jamais auparavant. Elle a motivé les élèves à consacrer de nombreuses heures à la sensibilisation de son école à la communauté asiatique, en mettant l’accent sur la mise en place d’expériences réfléchies, documentées et efficaces sur les médias sociaux. Parmi ces expériences, on retrouve la première émission-débat de l’école, des infographies quotidiennes, des jeux-questionnaires hebdomadaires, des courts métrages, des vidéos d’information et des assemblées virtuelles.

Jusleen Mehta
Jusleen Mehta


Ranya Oumar Issa

Ranya Oumar Issa est une élève de 11e année de la Glendale Secondary School à Hamilton. Ses efforts pour créer un changement durable dans son école et dans les communautés plus larges, et pour promouvoir et conserver le patrimoine culturel des groupes marginalisés, sont un exemple de leadership. Elle est présidente du comité d’action communautaire et de justice sociale de l’école, ainsi que du comité de sensibilisation à la culture noire. Les efforts qu’elle a déployés pour sonder les élèves sur leurs expériences de discrimination et d’oppression historique, puis pour préserver et partager ces expériences, sont désormais reconnus comme un modèle pour l’ensemble du Hamilton-Wentworth District School Board (conseil scolaire de district de Hamilton-Wentworth) en matière d’engagement des élèves et d’équité. Élève en histoire, Ranya Oumar Issa a créé des comptes de médias sociaux pour partager des récits historiques de résistance, rassemblant des milliers d’abonnés à travers le Canada. Elle a également créé des campagnes éducatives et patrimoniales en tant qu’alliée des collectivités locales Haudenosaunee et Anishinaabe, et œuvre actuellement à une nouvelle initiative de collecte de fonds et de conception d’un monument en l’honneur des survivants des pensionnats autochtones sur le campus de Glendale.

Ranya Oumar Issa
Ranya Oumar Issa


Natalie Wowk

Natalie Wowk est une bénévole active au sein de la communauté ukrainienne de Kingston. Elle s’est distinguée dès son plus jeune âge par son dévouement en faveur de la conservation du patrimoine culturel de la communauté par le biais d’un bénévolat actif et de projets commémoratifs novateurs. Elle a participé à deux projets qui ont contribué à la préservation du vécu historique des Ukrainiens de la région de Kingston : le Gaskin Lion et l’exposition Enduring Roots actuellement présentée à l’hôtel de ville de Kingston. Dès son plus jeune âge, Natalie Wowk a partagé son patrimoine avec d’autres jeunes Canadiens et Canadiennes, représentant divers groupes ethnoculturels et confessionnels, en tant que danseuse au sein de la troupe Maky Ukrainian Dance Ensemble de Kingston. Actuellement, elle documente l’histoire de sa famille, immigrée et ouvrière, ainsi que celle d’autres membres de la communauté du nord de Kingston, à l’aide de films et d’entrevues autour de l’histoire orale. Ces efforts exceptionnels au sein des communautés d’immigrants de Kingston permettront de constituer un dossier historique important qui sera utile aux personnes qui souhaitent en savoir plus sur cette facette du passé de Kingston.

Natalie Wowk
Natalie Wowk




Réalisations des jeunes – Groupe

Programme Frontline 2020-2021 de la Credit Valley Conservation Authority (office de conservation de la nature de la vallée de la Credit)

Le programme Frontline est une initiative annuelle de leadership environnemental pour les adolescents qui offre chaque année aux jeunes des occasions de se connecter avec la nature et les professionnels de l’environnement, ainsi que de participer à des actions environnementales. Tous les ans, le programme Frontline se concentre sur un thème ou un enjeu environnemental local différent afin de développer des compétences en leadership. Ce programme compte en général une soixantaine de jeunes, mais au cours de l’année 2020-2021, 110 jeunes ont participé en tant que Frontliners pour rester engagés et actifs dans les activités environnementales pendant la pandémie de COVID-19. L’année dernière, le Frontline Steering Committee (comité directeur du programme Frontline) a choisi les microplastiques comme thème. En raison des restrictions imposées par la pandémie, les jeunes n’ont pas été autorisés à se réunir en personne, mais ils ont tenu à rester engagés et actifs. Ils ont organisé une série d’ateliers en ligne et conçu des défis à domicile pour encourager les Frontliners à rester dans l’action. Ces jeunes ont démontré que la pandémie mondiale ne les avait pas empêchés de continuer à agir pour améliorer la santé du bassin versant de la rivière Credit, même depuis chez eux.

Programme Frontline 2020-2021 de la Credit Valley Conservation Authority (office de conservation de la nature de la vallée de la Credit)
Programme Frontline 2020-2021 de la Credit Valley Conservation Authority (office de conservation de la nature de la vallée de la Credit)


Le projet réconciliation (STOLEN, AZHEN) (The Reconciliation Project (STOLEN, AZHEN))

STOLEN, AZHEN est un spectacle conçu et dirigé par des élèves du secondaire de Thunder Bay qui se sont réunis pour écrire et jouer une pièce sur le thème de la réconciliation. Le spectacle raconte l'histoire d'Aurora, une jeune fille qui quitte sa communauté des Premières Nations pour suivre ses études dans une école secondaire au cœur la ville. L'histoire de la pièce explore des thèmes tels que le racisme, la colonisation et l'appropriation culturelle et met en lumière la violence que peuvent subir les femmes et les filles autochtones. Le sujet a été proposé par Cornelius Beaver, un jeune autochtone qui a constaté qu'il était nécessaire de mieux faire comprendre aux jeunes les notions de réconciliation et de décolonisation. Ce projet a été encadré par le directeur de l'éducation théâtrale du Magnus Theatre et Elliott Cromarty, un membre éminent de la communauté autochtone, a été engagé en tant que conseiller culturel pour s'assurer que le sujet était traité avec justesse et tact. STOLEN, AZHEN est une pièce écrite et préparée entre novembre 2019 et mars 2020. Après que plusieurs tentatives de mise en scène furent contrariées par la pandémie, la pièce a été enregistrée sur Zoom et publiée sur YouTube. Elle a été visionnée plus de 1 000 fois depuis et a été diffusée dans les écoles intermédiaires et secondaires de toute la province, accompagnée d'un guide d'étude.

Le projet réconciliation (STOLEN, AZHEN) (The Reconciliation Project (STOLEN, AZHEN))
Le projet réconciliation (STOLEN, AZHEN) (The Reconciliation Project (STOLEN, AZHEN))


Ressources générales en matière de justice sociale

Nikhil Trehan, Deborah Ojo et Hazel Posno, élèves à l'école secondaire Holy Trinity de Richmond Hill, ont créé un site Web pour les élèves et les enseignants sur lequel ils ont sélectionné et créé des ressources portant sur des domaines et des opinions qui, selon eux, étaient absents du curriculum. Ces ressources sont notamment axées sur les notions de justice sociale, de théorie critique, d'équité, de diversité et d'inclusion. L'objectif de ce projet était de fournir aux enseignants des ressources qui tiennent compte de la perspective des élèves afin d'éclairer le corps enseignant sur le patrimoine canadien du point de vue des groupes historiquement marginalisés, en mettant l'accent sur la nécessité de décoloniser le curriculum. Le travail de ces élèves a inspiré d'autres personnes de leur communauté scolaire, y compris des pairs et des enseignants, à se déconstruire en remettant en cause des préjugés ancrés dans leur curriculum ou exclus de leur enseignement et de leur apprentissage depuis longtemps. Le produit final constitue une riche source de renseignements classés, à laquelle les éducateurs peuvent accéder, et qui représente un large éventail d'événements historiques et contemporains. Ce projet contribue à la sensibilisation des éducateurs à l’importance de considérer l'histoire vivante de Canadiennes et de Canadiens issus de la diversité.

Ressources générales en matière de justice sociale
Ressources générales en matière de justice sociale


Ensemble des réalisations

Jean Haalboom

Jean Haalboom est une défenseuse engagée du patrimoine dans la région de Waterloo. Pendant plus de 40 ans, elle a témoigné d’un niveau exemplaire d’engagement au service de la communauté et a accompli de nombreuses réalisations. Jean Haalboom s’est jointe au CCCAL (Comité consultatif sur la conservation de l’architecture locale) de Kitchener en 1979 et, depuis, les organismes patrimoniaux comme les personnes intéressées par le patrimoine dans la région de Waterloo doivent beaucoup à ses efforts inlassables. Sa compréhension approfondie de ce que la conservation du patrimoine peut apporter aux gens et aux communautés, et de son pouvoir de les rapprocher, lui a permis de trouver un terrain d’entente avec ses pairs, notamment les défenseurs du patrimoine, les chercheurs et les politiciens, mais aussi avec les ingénieurs, les promoteurs, le milieu des affaires et les nouveaux arrivants dans la région de Waterloo. Sa plus grande force réside dans sa capacité à trouver et à partager des histoires qui incitent à s’engager dans ce domaine. Grâce à son engagement en faveur de la conservation, elle a donné une voix aux structures, aux paysages et au patrimoine immatériel qui confèrent un caractère unique aux communautés de la région de Waterloo.

Jean Haalboom
Jean Haalboom


Robert G. Kearns

Depuis qu’il a immigré au Canada depuis l’Irlande en 1979, Robert Kearns célèbre et commémore les liens historiques et culturels entre son pays d’adoption et son lieu de naissance. Il a notamment été le fondateur et le président de la Canada Ireland Foundation (fondation Canada-Irlande), anciennement Ireland Park Foundation, qui a créé en 2007 une commémoration primée de l’arrivée en Ontario des migrants irlandais de la Grande Famine. Le dévouement de Robert Kearns à la commémoration du patrimoine irlando-canadien a joué un rôle essentiel dans le recrutement de collaborateurs compétents, ainsi que dans la mobilisation de soutiens politiques et financiers. Grâce à ses encouragements, des universitaires de renom ont mené des recherches inédites sur la migration et l’établissement des premiers Irlandais en Ontario. Les connaissances et les résultats découlant de ces recherches ont contribué à éclairer la conception et l’interprétation des efforts de commémoration de la fondation. Ces initiatives ont eu un impact positif sur la communauté et ont été partagées avec le public par le biais de diverses publications, de conférences, d’entrevues et de présentations multimédias.

Robert G. Kearns
Robert G. Kearns


William Thompson

William Thompson est un bénévole dévoué aux multiples talents, à la fois porte-parole, collecteur de fonds, organisateur d’événements et acteur de premier plan dans les secteurs de l’art, de la culture et du patrimoine de la ville de Grimsby. Il contribue depuis plus de 30 ans à la conservation du patrimoine, en tant que membre du musée du chemin de fer radial du comté de Halton, ancien directeur du conseil de gestion du musée Grimsby, où il a été président pendant plusieurs années, et en tant que directeur et actuel trésorier de la Nelles Manor Heritage House (maison du patrimoine du manoir Nelles). De nombreux musées communautaires de l’Ontario n’ont pas de conservateur ni de personnel rémunéré pour s’acquitter des fonctions essentielles de conservation et d’engagement du public. Ces musées doivent leur existence au dévouement de leurs bénévoles. Les résidents et les visiteurs de Grimsby, de la maison du patrimoine du manoir Nelles et du musée du chemin de fer radial du comté de Halton, entre autres, ont grandement bénéficié de son engagement envers la conservation du patrimoine.

William Thompson
William Thompson


Zig Misiak

Zig Misiak est un bâtisseur de ponts dont l’engagement envers l’apprentissage et la compréhension, en particulier entre les peuples autochtones et non autochtones, a laissé une marque importante dans le domaine du patrimoine en Ontario depuis plus de 40 ans. Il a établi des relations durables notamment avec les communautés haudenosaunee, polonaise, d’anciens combattants canadiens et autochtones, et des acteurs de reconstitution historique. Il a écrit 16 livres et produit du matériel pédagogique pour les élèves et les enseignants, dont le premier Indigenous Studies Guide (guide des études autochtones), créé en collaboration avec Raymond Skye (Premières Nations tuscarora et Seneca), qui est utilisé dans plus de 700 écoles. Par ailleurs, Zig Misiak intervient fréquemment en tant qu’écrivain, conférencier, conseiller en médias et consultant. Dans sa collectivité locale, il a été reconnu pour ses contributions humanitaires, notamment ses dons généreux, ses efforts inlassables pour éduquer et guider les autres, ainsi que ses campagnes de collecte de fonds et ses actions de plaidoyer pour soutenir les personnes marginalisées de la société.

Zig Misiak
Zig Misiak


Excellence en matière de conservation :

Réutilisation adaptative du bâtiment du réseau d’aqueduc F.M. Woods de Guelph

Ce projet englobe la réutilisation adaptative et la conservation de la salle des machines et de la station de pompage du réseau d'aqueduc de Guelph, datant de 1879, qui servira désormais d'espace administratif contemporain dynamique et qui sera entièrement accessible à la ville de Guelph. Conçu à l'origine comme un bâtiment industriel, il était utilisé à des fins d'entreposage et s'est détérioré au fil du temps. Cette structure patrimoniale nécessitait des rénovations complètes. La réutilisation adaptative du bâtiment a permis de restaurer le volume et la grandeur de l'espace en supprimant une mezzanine ajoutée dans les années 1970 et en restaurant les plafonds cathédrale afin d'aménager un espace de travail très souple, similaire à un studio. Ce projet offre un cadre exceptionnel qui célèbre l'histoire du bâtiment tout en conservant les caractéristiques patrimoniales importantes des espaces intérieurs et extérieurs. Le projet a insufflé une nouvelle vie à ce lieu. Il est une source de fierté pour le personnel et les citoyens, et reflète le potentiel des nouvelles pratiques de la science du bâtiment, pour transformer des bâtiments patrimoniaux désaffectés en lieux nouveaux et inspirants, capables d'accueillir des systèmes techniques modernes et des environnements de travail dynamiques, tout en respectant les normes contemporaines d'accessibilité et de conception universelle.

Équipe du projet :

  • Ville de Guelph (client)
  • Baird Sampson Neuert Architects (architectes)
  • Read Jones Christoffersen Engineers (ingénieurs en structure et conseillers en science du bâtiment et en restauration)
  • Regal Consulting Engineers (ingénieurs-conseils en mécanique et en électricité)
  • Development Engineering (ingénieurs civils)
  • Paulsan Construction (entrepreneur général)

Réutilisation adaptative du bâtiment du réseau d’aqueduc F.M. Woods de Guelph
Réutilisation adaptative du bâtiment du réseau d’aqueduc F.M. Woods de Guelph


Réutilisation adaptative de la centrale électrique des Parcs du Niagara par les Parcs du Niagara

La réutilisation adaptative de la centrale électrique des Parcs du Niagara a transformé une centrale hydroélectrique désaffectée en une nouvelle attraction touristique, tout en préservant l'intégrité historique du bâtiment. Construite en 1905, l'ancienne centrale Canadian Niagara Power (CNP) est considérée comme le dernier modèle de centrale électrique de son époque dont l'infrastructure est encore intacte. Le projet a été rendu possible grâce à un prêt de 25 millions de dollars de l'Office ontarien de financement et au soutien continu du ministère des Industries du patrimoine, du sport, du tourisme et de la culture de l'Ontario. Cette réutilisation adaptative a permis de conserver l'étage abritant les générateurs 11 d'origine. Les installations historiques et autres caractéristiques du bâtiment ont également été préservées et entretenues afin que le public puisse en profiter. En plus d'offrir une nouvelle expérience aux visiteurs de Niagara Falls qui raconte l'histoire fascinante de la production d'énergie hydroélectrique, la centrale électrique des Parcs du Niagara constituera un nouveau moteur économique pour la région et devrait contribuer à la reprise du tourisme à Niagara et dans toute la province. 

Équipe du projet (en plus des Parcs du Niagara) :

  • Lord Cultural Resources
  • Forrec
  • Stantec
  • Rankin Construction
  • Ministère des Industries du patrimoine, du sport, du tourisme et de la culture de l'Ontario
  • Destination Ontario
  • Fiducie du patrimoine ontarien
  • Science Nord
  • The Ventin Group
  • MT Planners
  • Brook Restoration
  • Merit Contractors Niagara Limited
Réutilisation adaptative de la centrale électrique des Parcs du Niagara par les Parcs du Niagara
Réutilisation adaptative de la centrale électrique des Parcs du Niagara par les Parcs du Niagara


« The Remnants of Mid-Century Toronto » (Les vestiges du Toronto du milieu du siècle), un livre photo de Spacing et Vik Pahwa

Dans le livre « The Remnants of Mid-Century Toronto », le photographe Vik Pahwa fait équipe avec Matthew Blackett de Spacing et certains des architectes les plus compétents de Toronto pour faire découvrir le passé du milieu du siècle de la ville à travers des essais et des photographies. Les photographies de Vik Pahwa capturent à la fois la beauté de ces structures et la négligence dont certaines font actuellement l'objet. Beaucoup de ces bâtiments sont actuellement menacés de démolition, et cette collection de photos préserve leur structure et leur mémoire pour les générations futures. De courts articles replacent ces photos dans leur contexte architectural et historique, et révèlent les intentions, les ambitions et les espoirs d'une génération de bâtisseurs de la ville de Toronto. Spacing a pris l'initiative de documenter l'ère de croissance d’après-guerre de la ville de Toronto, afin d'inciter les lecteurs à comprendre ce que la ville du XXIe siècle a hérité de son ancêtre du XXe siècle, et de démontrer que le patrimoine architectural de cette période mérite une plus grande reconnaissance du public pour l'impact qu'il a eu sur le paysage urbain de Toronto, alors que de nombreux bâtiments du milieu du siècle sont en passe d'acquérir leur statut patrimonial.

« The Remnants of Mid-Century Toronto » (Les vestiges du Toronto du milieu du siècle), un livre photo de Spacing et Vik Pahwa
« The Remnants of Mid-Century Toronto » (Les vestiges du Toronto du milieu du siècle), un livre photo de Spacing et Vik Pahwa


Le documentaire « North Was Our Canaan: Exploring Sandwich Town’s Underground Railroad History » (Le Nord était notre Canaan : À la découverte de l'histoire du chemin de fer clandestin de la ville de Sandwich)

La communauté de la ville de Sandwich, fondée en 1797, est l'un des plus anciens établissements de l'Ontario et un lieu historiquement important pour les anciens esclaves en quête de liberté qui ont emprunté le chemin de fer clandestin. Le documentaire « North Was Our Canaan », produit par Irene Moore Davis et Heidi L.M. Jacobs et réalisé par Anushray Singh, raconte l'histoire de cette communauté, notamment la vie des anciens esclaves qui ont bâti de nouvelles communautés dans la région, et celle des abolitionnistes qui ont travaillé sans relâche pour aider à assurer la liberté de ces esclaves venus des États-Unis. Bien que le rôle du Canada comme destination pour les esclaves américains soit largement documenté, peu de renseignements subsistent sur le rôle historique de la ville de Sandwich dans cette quête de liberté. Ce documentaire, à travers les récits des descendants des voyageurs ayant emprunté le chemin de fer clandestin, ainsi que des militants et des historiens, donne un aperçu important du rôle que la ville de Sandwich a joué pour les esclaves en quête de liberté au Canada.

Le documentaire « North Was Our Canaan: Exploring Sandwich Town’s Underground Railroad History » (Le Nord était notre Canaan : À la découverte de l'histoire du chemin de fer clandestin de la ville de Sandwich)
Le documentaire « North Was Our Canaan: Exploring Sandwich Town’s Underground Railroad History » (Le Nord était notre Canaan : À la découverte de l'histoire du chemin de fer clandestin de la ville de Sandwich)


La restauration de la salle paroissiale à Prescott, par Daniel et Bonita Slunder

La salle paroissiale St. John’s Memorial Parish Hall à Prescott, Ontario (vers 1929), a été rachetée par Daniel et Bonita Slunder en 2013 au diocèse anglican de l'Ontario. Le bâtiment, qui était autrefois une salle communautaire animée et, dans une moindre mesure, une belle représentation de l'architecture gothique vernaculaire en Ontario, était tombé en ruine en 2013 et nécessitait d'importants travaux de restauration. Le couple Slunder a restauré la structure et a financé lui-même le projet pendant plusieurs années, transformant cet ancien espace de rassemblement en sa résidence privée. Ils ont emménagé en 2016 et ont continué à apporter des améliorations depuis lors, en considérant l'empreinte écologique du bâtiment comme une priorité et en mettant l'accent sur le recyclage des matériaux et des équipements dans la mesure du possible. Cette restauration a nécessité un travail minutieux et ingénieux, inspirant ainsi de nombreux autres citoyens. Leurs efforts ont redonné vie au bâtiment et suscité la fierté de leur communauté.

La restauration de la salle paroissiale à Prescott, par Daniel et Bonita Slunder
La restauration de la salle paroissiale à Prescott, par Daniel et Bonita Slunder


La revitalisation du pavillon Oculus, Toronto

Situé dans le parc South Humber, l’Oculus, dont la construction remonte à 1959, est un pavillon de l’ère spatiale à l’aspect fantastique. Sa forme sculpturale et sa conception en béton sont représentatives d’une génération de projets civiques ambitieux et optimistes érigés à la fin des années 1950 et au début des années 1960 dans tout l’Ontario. Ces deux dernières décennies, le pavillon a été considérablement négligé, bien qu’il ait suscité un grand intérêt de la part de l’Architectural Conservancy of Ontario (ACO) dès 2016. En 2019, un nouvel effort de revitalisation à caractère communautaire a été lancé sous la conduite de la branche de l’ACO située à Toronto et du cabinet d’architecture GIAIMO, avec le financement de la subvention Public Space Incubator de Park People. À l’été 2021, le pavillon a été restauré et a accueilli une nouvelle programmation artistique et culturelle, visant à ce qu’il ne retombe pas dans la déréliction et offrant à la population des occasions régulières de visiter et d’explorer cet espace. Ce projet de revitalisation a transformé l’Oculus en une scène vivante pour les loisirs, les arts et les spectacles et en a fait une destination plutôt qu’une curiosité éphémère, communiquant ainsi l’importance de l’architecture moderniste en Ontario. 

Équipe du projet : 

  • Architectural Conservancy Ontario (ACO)
  • Giaimo
  • ACO Toronto
  • ACO NextGen
  • Walton GC
  • Colonial Restoration
  • Ville de Toronto
La revitalisation du pavillon Oculus, Toronto
La revitalisation du pavillon Oculus, Toronto


La restauration du Collège University de Toronto et les améliorations de son accessibilité

Le projet de revitalisation du Collège University passe par la rénovation de ses installations pour créer un espace plus inclusif pour les étudiants, en mettant particulièrement l’accent sur l’amélioration de l’accessibilité de ce lieu historique national. Des fonctionnalités ont été intégrées de manière discrète à la structure patrimoniale, notamment de nouvelles rampes d’accès entre les étages existants et les passerelles en pierre, la construction d’une cabine d’ascenseur ou encore l’installation d’équipements aménagés cachés dans les portes d’origine. Les éléments historiques sont référencés dans tous les nouveaux espaces, les ajouts et les zones restaurées. De nouveaux matériaux (bois et pierre) ont été choisis pour compléter la palette de matières originale et les motifs tirés des sculptures existantes ont inspiré des parties essentielles de la conception. Des recherches approfondies sur l’agencement historique des espaces institutionnels ont conduit à des interventions contemporaines qui ont permis de retrouver la circulation initiale perdue tout au long des décennies de rénovations et d’altérations. Le Collège University jouit d’une longue réputation en matière d’innovation. Cette réhabilitation, qui a permis de créer de nouveaux espaces accessibles pour les étudiants comme pour les membres du personnel, en est désormais une illustration de plus.

Équipe du projet :

  • ERA Architects
  • Kohn Shnier Architects
  • Université de Toronto
  • MJ Dixon Construction
  • Clifford Restoration
La restauration du Collège University de Toronto et les améliorations de son accessibilité
La restauration du Collège University de Toronto et les améliorations de son accessibilité


Réalisations communautaires

Le programme « Awakenings » (réveils) de la ville de Toronto

Awakenings est un ensemble de projets artistiques créés par des artistes autochtones, noirs et de couleur (PANDC), au cœur des musées de la ville de Toronto. Ce programme participe des efforts de la ville pour traiter le problème du racisme à l’encontre des personnes noires, qui ont été déployés lorsque les musées d’histoire de Toronto ont reconnu le besoin de réévaluer la manière dont ils concevaient, proposaient et évaluaient leur programmation. Ces projets seront présentés au cours des deux prochaines années. Les musées d’histoire de Toronto nouent des partenariats incarnant les voix, les histoires et le savoir des PANDC dans des programmes, la gestion des collections et des sites, représentant plus de 80 p. 100 des personnes créatives impliquées dans les projets artistiques Awakenings. Ces projets utilisent les bâtiments historiques des musées de la ville de Toronto comme décors, dans le but audacieux de perturber, découvrir et présenter des récits coloniaux. La conservation étant de la plus haute importance dans l’utilisation des bâtiments comme décors ou écrans pour les œuvres d’art, les films et les projections, les musées travaillent avec les conservateurs de la ville de Toronto pour garantir un niveau élevé de préservation. Ces projets permettront de rendre compte des points de vue de nombreuses cultures dans une perspective de conservation et de préserver les témoignages de personnes issues de la diversité pour les générations futures.

Le programme « Awakenings » (réveils) de la ville de Toronto
Le programme « Awakenings » (réveils) de la ville de Toronto


Série de films « REEL History » du Craigleith Heritage Depot

Au cours des dernières années, le Craigleith Heritage Depot a créé une série de films documentaires courts intitulée REEL History et comprenant sept courts métrages et deux films en réalité virtuelle. Ce programme cinématographique a été innovant par l’utilisation qui a été faite des nouvelles technologies, dans un objectif de conservation, de préservation et d’accès à l’information, ce qui a généré un regain d’intérêt de toute la communauté pour le patrimoine local. La diffusion des films a entraîné une plus grande fréquentation des sites patrimoniaux locaux et a attiré les regards du monde entier lors de festivals de cinéma et d’autres événements. Ce projet a également inspiré d’autres musées, grâce au soutien et aux idées en faveur du secteur des musées de l’Ontario. The Heritage Depot a travaillé avec d’autres musées de petite taille en les aidant sur des projets similaires et en partageant son expertise par le biais de l’Association des musées de l’Ontario et lors de conférences. Il a aussi conduit à la création d’une nouvelle société historique locale. Cette série de films est une réussite inspirante qui a suscité la fierté et l’intérêt des habitants pour leur passé, leur présent et leur avenir, dans le contexte d’une petite communauté ayant néanmoins créé un impact international.

Série de films « REEL History » du Craigleith Heritage Depot
Série de films « REEL History » du Craigleith Heritage Depot


« The Freedom Project » (projet liberté) mené au Heritage Hall par la Guelph Black Heritage Society

La mission de la société historique Guelph Black Heritage Society (GBHS) est de restaurer et d’entretenir le Heritage Hall. Autrefois connu sous le nom de British Methodist Episcopal Church, cet édifice a été construit en 1880 par d’anciens esclaves noirs et leurs descendants qui sont arrivés dans la région par le chemin de fer clandestin. Ce bâtiment historique est un symbole de la préservation culturelle et de l’inclusivité depuis sa construction. Après avoir été le cœur religieux de la communauté noire de Guelph pendant près d’un siècle, il sert désormais de centre de services à la communauté. Le Heritage Hall Freedom Project a permis à la GBHS de remplir son mandat visant à mettre la communauté au centre de ses actions, à promouvoir l’inclusivité et à être respectueuse de tous les Canadiens et Canadiennes. Cette initiative, mise en œuvre en 2021, encourage l’accès de l’ensemble de la population au Heritage Hall et permet à quiconque d’assister aux événements qui y sont organisés. Sa conception rend également hommage au patrimoine noir en Ontario, grâce à l’intégration de messages codés ayant marqué le chemin de fer clandestin et à la création d’une nouvelle bibliothèque consacrée à la préservation de la littérature noire. Ce projet joue un rôle crucial pour garantir que le Heritage Hall serve toute la population. Il revêt une importance particulière à l’heure où la population canadienne s’efforce de combler les différences sociales et culturelles notamment par l’éducation, le soutien et l’engagement communautaire.

« The Freedom Project » (projet liberté) mené au Heritage Hall par la Guelph Black Heritage Society (Photo : Brandon Marsh Photography)
« The Freedom Project » (projet liberté) mené au Heritage Hall par la Guelph Black Heritage Society (Photo : Brandon Marsh Photography)


Prix Thomas Symons pour l’engagement en faveur de la conservation :

Shannon Prince

Shannon Prince est la conservatrice et gardienne de longue date du lieu historique national du Canada de l’Établissement-Buxton. Fervente conteuse, elle participe à des reconstitutions historiques faisant revivre l’histoire de Buxton et du chemin de fer clandestin. Depuis des décennies, elle fait preuve d’un engagement exemplaire et d'un grand dévouement en faveur de l’enrichissement du site et du patrimoine noir en Ontario et au-delà. Descendante des premiers « chercheurs de liberté » qui se sont réfugiés au Canada, elle apporte, par son travail, un éclairage inédit, teinté de respect et d’amour, sur ce chapitre du patrimoine ontarien. Titulaire d’un diplôme en études muséales de l’Association des musées de l’Ontario, Shannon a pris ses fonctions de conservatrice à Buxton en 1999. Elle est actuellement membre d’organismes patrimoniaux tels que l’Association des musées de l’Ontario et siège au conseil d’administration de l’African-Canadian Heritage Network et de l’Underground Railroad Alliance de Tourisme Ontario. Elle est impliquée dans des projets conjoints autour du chemin de fer clandestin avec des universités, des sociétés historiques et des organismes patrimoniaux au Canada et aux États-Unis et a donné des conférences à de nombreuses reprises à ces groupes. Shannon continue également de travailler dans l’exploitation agricole familiale, à Buxton, avec son mari et collaborateur régulier, Bryan, et leurs quatre enfants.

Shannon Prince
Shannon Prince