R. Dennis Moore (Archiviste, Société d'histoire multiculturelle de l'Ontario) - Ontario Heritage Trust

R. Dennis Moore (Archiviste, Société d'histoire multiculturelle de l'Ontario), Toronto

Cet écusson appartenait à Bohdan Panchuk, un des Canadiens les plus influents qui aient participé aux efforts visant à réinstaller des milliers d’Ukrainiens déplacés par la Deuxième Guerre mondiale.

À la fin de ce conflit, un nombre incalculable de réfugiés avaient perdu leur foyer et faisaient face à un avenir incertain. Pour d’aucuns, tout ce qu’ils avaient connu avait été détruit, de sorte qu’ils n’avaient nulle part où aller. D’autres étaient incapables de retourner chez eux parce qu’ils craignaient d’être persécutés par les régimes mis en place par l’Union soviétique. Des campements ont été établis partout en Europe pour venir en aide à ces personnes déplacées (PD) pendant que les modalités de leur réinstallation permanente étaient décidées par divers pays et diverses organisations humanitaires.

Bohdan Panchuk était un dirigeant actif de beaucoup de comités et d’associations qui se vouaient à assurer la sécurité et la stabilité des Ukrainiens vivant dans des camps de PD. Il a consacré onze années de sa vie et une bonne partie de ses économies (il n’a jamais rien demandé pour ses services) à la mission qu’il s’était assignée de rescaper ses compatriotes ukrainiens de l’Europe d’après-guerre et des ravages qu’elle avait subis.

Au premier coup d’œil, l’histoire de Panchuk ne semble pas avoir de liens avec celle de l’Ontario. Il est né et il a été élevé en Saskatchewan, et il a passé la plus grande partie de sa carrière à Montréal et en Grande-Bretagne, à travailler au nom des réfugiés ukrainiens et d’organisations canado-ukrainiennes. C’est toutefois grâce à ses efforts et à ceux de diverses organisations auxquelles il a participé que des milliers d’Ukrainiens se sont établis en Ontario, où ils ont pu se forger une nouvelle identité canadienne. Sans son dévouement, la composition socioculturelle de l’Ontario serait bien plus pauvre qu’elle ne l’est puisqu’il lui manquerait les nouvelles perspectives et les nouvelles idées que les Ukrainiens déplacés ont amenées dans la collectivité de notre province.

En fin de compte, cet écusson, et par voie de conséquence toute l’histoire personnelle de Bohdan Panchuk, nous rappelle à quel point tout est interrelié et à quel point des événements historiques qui ne semblent pas avoir de liens peuvent avoir les résultats les plus surprenants et les plus positifs.




Thèmes de cette histoire