Les échanges entre Autochtones et Français - Ontario Heritage Trust

Menu

Les échanges entre Autochtones et Français

L'histoire

« Leur histoire a commencé avec l’alliance d’une Première Nation et une mission catholique; elle s’est étendue avec l’exploration officielle et le commerce des fourrures, et s’est poursuivie avec l’agriculture et l’établissement permanent. » Gratien Allaire, professeur émérite à l’Université Laurentienne de Sudbury

Qui

Explorateurs français | commerçants de fourrures et missionnaires | nations autochtones

Quoi

Débuts de l'exploration française | colonisation | établissement en Ontario

Quand

XVIIe et XVIIIe siècles

Vallée du Saint-Laurent et secteur supérieur des Grands Lacs

Pourquoi

Colonisation française | revenu pour les marchands français | trouver une route vers l'Asie et ses richesses

La relation entre les Français et les peuples autochtones dans ce qui est à présent l'Ontario remonte à 1610, lorsque Samuel de Champlain fait en sorte qu'Étienne Brûlé vive parmi ses alliés autochtones afin d'apprendre leurs langues et de glaner des renseignements sur l'intérieur du continent. Samuel de Champlain se rend en personne dans la vallée de l'Outaouais en 1613 et passe l'hiver en Huronie en 1615.

Tout au long du XVIIe siècle, des relations commerciales et militaires complexes se forgent entre les Français et les peuples autochtones. À la poursuite de leurs propres intérêts commerciaux et territoriaux, ces derniers jouent un rôle prépondérant dans le commerce de fourrures et l'économie croissante de la Nouvelle-France. Les piégeurs des Premières Nations et des Métis acceptent une variété de marchandises de commerce en échange de fourrures, notamment des bouilloires en cuivre, des haches, des bijoux et des perles.

Au début, l'activité commerciale a principalement lieu dans la vallée du Saint-Laurent, mais à mesure que les circonstances et les relations évoluent, les explorateurs français se mettent à pousser plus loin vers l'ouest, dans l'intérieur du continent, établissant des postes commerciaux et des fortins. Eux aussi sont stimulés par la perspective de trouver le passage fugace menant à la mer de l'Ouest et aux richesses fantasmées de l'Asie.

L'exploration et le commerce sont également étroitement liés à la religion, puisque les missionnaires jésuites font office d'agents commerciaux et d’évangélisateurs durant la période, créant la mission de Sainte-Marie-au-pays-des-Hurons dans le territoire huron-wendat en 1639.

Les enjeux politiques de l'exploration, du commerce, de la colonisation et de la religion contribuent tous à façonner la relation complexe et fluctuante qu'entretiennent les Français et les peuples autochtones en Nouvelle-France au cours des XVIIe et XVIIIe siècles.

Instantanés