Intendance - Ontario Heritage Trust

Menu

Intendance

Le sentier Bruce

Le sentier Bruce suit l'escarpement sur 800 kilomètres (497 milles), de Queenston à Tobermory, et constitue le sentier de grande randonnée le plus ancien au Canada. La Bruce Trail Conservancy a été constituée en personne morale en Ontario le 13 mars 1963, et le sentier officiellement ouvert en 1967.

En 1997, la Fiducie du patrimoine ontarien et la Bruce Trail Conservancy ont créé une fiducie foncière plus ambitieuse. Dans le cadre de cette association, la Fiducie détient, au bénéfice de la population ontarienne, des terres acquises en vue de la création d'un chemin permanent pour le sentier Bruce. Ces terres comprennent plus de 116 propriétés, couvrant plus de 1 834 hectares (4 528 acres).

La Fiducie accepte les dons en argent, en biens immobiliers et en servitudes qui contribuent à l'achèvement du réseau de parcs de l'escarpement du Niagara et d'un chemin permanent pour le sentier Bruce. La Bruce Trail Conservancy gère le sentier, collecte des fonds et négocie les acquisitions de propriétés et les donations.

L'escarpement du Niagara

L'escarpement du Niagara est une des formes de relief les plus pittoresques du Canada. Il s'étend sur 725 kilomètres (450 milles) – de Queenston près de Niagara Falls, aux îles du parc marin national Fathom Five, au large de Tobermory, à la pointe de la péninsule Bruce. À partir de là, il continue sous l'eau jusqu'à l’île Manitoulin puis jusqu'aux États-Unis, formant une bordure en forme de fer à cheval autour du bassin de Michigan. Le sentier Bruce – le sentier de randonnée le plus long du Canada – longe l'escarpement.

La naissance de l’escarpement remonte à plus de 450 millions d’années, sous la forme d'un immense delta issu de l'érosion d'anciennes montagnes. Par la suite, cette zone est devenue le fond d’une mer tropicale peu profonde. Les squelettes de créatures marines primitives vinrent s'ajouter aux sédiments qui se comprimèrent avec le temps pour former schiste, grès, calcaire et dolomie, les roches de l’escarpement du Niagara. Pendant des millions d’années, la force de l’eau, l’érosion et les glaciations successives ont sculpté les strates rocheuses pour façonner les paysages naturels spectaculaires que nous pouvons admirer aujourd’hui.

La partie arborée de l’escarpement constitue l’une des plus vastes zones boisées encore existantes dans le Sud de l’Ontario, et un corridor vital pour les espèces forestières. Les marais y abondent. Plusieurs grandes rivières et de nombreux ruisseaux et cours d'eau prennent leur source dans les eaux en amont de l'escarpement et se jettent du bord de la falaise en de spectaculaires cascades comme les chutes Ball. Des communautés de plantes insolites créent des jardins sauvages aussi rares qu'inestimables. Des dizaines d'espèces de fougères qui s’épanouissent sur les sols calcaires, telles que la scolopendre d’Amérique, prospèrent dans les coins et recoins ombrageux le long de l’escarpement. Celui-ci abrite même une forêt primaire. Certains des petits thuyas occidentaux noueux accrochés au bord des falaises ont jusqu’à 1 000 ans, et s’inscrivent parmi les arbres vivants les plus anciens dans l’Est de l’Amérique du Nord.

Les formations géologiques insolites de l’escarpement, des couches comprimées de schiste, grès, calcaire et dolomie qui se sont formées sur des millions d'années, représentent ses caractéristiques les plus spectaculaires. Les randonneurs apprécient la grande variété de fougères et d'orchidées délicates, et les cèdres noueux millénaires qui poussent sur le versant abrupt des falaises. En 1990, les Nations Unies ont désigné l'escarpement du Niagara réserve mondiale de la biosphère.

En collaboration avec d'autres partenaires comme le ministère des Richesses naturelles et des Forêts et la Bruce Trail Conservancy, la Fiducie contribue de façon significative à la protection de l’escarpement. Nous favorisons l’acquisition de parcs (plus de 11 000 acres, soit 4 452 hectares), nous acceptons les dons et nous encourageons la gestion avisée des terres privées.

La moraine d'Oak Ridges

Les propriétés de la Fiducie, d'une superficie totale de 465 hectares (1 148 acres) se trouvent sur la moraine d'Oak Ridges. La propriété Bullen (65 hectares ou 161 acres), constituée de forêts de feuillus et mixtes, jouxte une zone naturelle importante de la moraine, la forêt de Ganaraska. Robert et Dorothy Bullen en ont fait don à la Fiducie en 1980.

Perché sur les « épaules » de la moraine d'Oak Ridges, la zone naturelle du Ruisseau Fleetwood protège les forêts et les marais des eaux en amont de ce cours d'eau. Cette propriété, qui occupe une superficie de 365 hectares (910 acres) et abrite 268 espèces de flore et 44 espèces d'oiseaux reproducteurs, fut achetée par la Fiducie avec l’aide de la famille Pangman, au milieu des années 1980. Elle est protégée conjointement par l’office de protection de la nature de la région de Kawartha et par la Fiducie.

Offerte en 1978 par M. et Mme James Walker, la propriété Walker s’étend sur 70 hectares (173 acres). Elle est située près d’Uxbridge et est rattachée aux forêts de Glen Mayor, détenues par l’office de protection de la nature de Toronto et de la region. Cette zone naturelle fait partie du cours supérieur du ruisseau Duffins.

La zone de protection de la nature Sheppard’s Bush et la propriété Smith sont situées dans la ville d'Aurora. En 1972, E. Reginald Sheppard fit don de ses forêts. Quant à la propriété des Smith, elle a été donnée en 1992 par feu Anne Bartley Smith.

La propriété Wright se trouve dans le bassin versant de la rivière Humber. Bien que petite, elle joue un rôle important dans la sauvegarde du cours supérieur de cette rivière. Ce bien, donné en 1970 par le juge Peter Wright, est l’une des premières acquisitions de la Fiducie dans le domaine du patrimoine naturel.