Archéologie – Foire aux questions​ - Ontario Heritage Trust

Menu

Archéologie – Foire aux questions

Qu’est-ce que l’archéologie?

L’archéologie est l’étude scientifique du passé humain fondée sur la recherche de vestiges physiques et du patrimoine culturel matériel (p. ex. artefacts, fragments, éléments et structures).

Qu’est-ce qu’un site archéologique?

Un site archéologique est un bien où se trouvent des artefacts ou d’autres preuves tangibles d’un usage humain passé ou d’une activité humaine passée qui ont une valeur ou un caractère sur le plan du patrimoine culturel (voir Règlement de l’Ontario 170/04).

Qu’est-ce qu’un artefact archéologique?

Un artefact archéologique est un objet, un matériau ou une substance façonné(e), modifié(e), utilisé(e), déposé(e) ou transformé(e) par l’action humaine et ayant une valeur ou un caractère sur le plan du patrimoine culturel (voir Règlement de l’Ontario 170/04).

Assiette de Inge-Va (Perth)
Assiette de Inge-Va (Perth)

Que sont les travaux archéologiques sur le terrain?

Les travaux archéologiques sur le terrain désignent une activité exercée à la surface, audessous ou au-dessus du sol ou de l’eau en vue d’obtenir et de documenter des données, de récupérer des artefacts et des vestiges ou de modifier un site archéologique, y compris la surveillance, l’évaluation, l’exploration, l’arpentage, la récupération et les fouilles (voir Règlement de l’Ontario 170/04).

Pourquoi l’archéologie est-elle importante?

L’archéologie est importante pour documenter la majeure partie du passé de l’Ontario et souligner l’empreinte des communautés autochtones dans la construction du patrimoine ontarien. L’archéologie s’intéresse au comportement humain en retraçant l’évolution des cultures tout en cernant leur histoire. Elle fournit des renseignements sur les cultures récentes et passées, qui nous seraient sans cela inaccessibles. La connaissance du passé nous aide à savoir d’où nous venons. Bien souvent, tout ce que nous savons d’un peuple, d’un événement ou d’un mode de vie passé provient des archives archéologiques, du fait de l’absence de traces écrites.

L’interprétation des ressources archéologiques dépend de l’intégrité de l’environnement immédiat. Il est crucial que les fouilles archéologiques soient menées par des professionnels formés et expérimentés avant que le site ne soit dégradé. Les ressources archéologiques constituent des vestiges fragiles du passé. Les transformations d’un site sans licence à des fins d’aménagement du territoire, ou le pillage d’un site, peuvent entraîner la destruction de ces vestiges, et sont interdit en vertu du paragraphe 48(1) de la Loi sur le patrimoine de l’Ontario.

Quel est le rôle du ministère des Industries du patrimoine, du sport, du tourisme et de la culture?

Les activités archéologiques sont mandatées aux termes de la partie VI de la Loi sur le patrimoine de l’Ontario, et le ministre des Industries du patrimoine, du sport, du tourisme et de la culture est autorisé à délivrer des licences archéologiques pour effectuer des travaux archéologiques sur le terrain conformément au paragraphe 48(1) de la Loi sur le patrimoine de l’Ontario et au Règlement de l’Ontario 8/06. En vertu de l’article 65 de la Loi sur le patrimoine de l’Ontario, les titulaires d’une licence doivent déposer des rapports sur leurs projets, à la demande du ministre des Industries du patrimoine, du sport, du tourisme et de la culture. Le ministère examine les rapports pour évaluer leur conformité aux Normes et directives à l’intention des archéologues-conseils publiées par le ministère, qui font partie des conditions de la licence délivrée aux termes de la partie VI de la loi. Quand le rapport est accepté par le ministère, il est consigné au Registre public ontarien des rapports sur les sites archéologiques.

Qu’est-ce qu’une évaluation archéologique?

Les exigences techniques relatives aux travaux archéologiques sur le terrain et les quatre stades de l’évaluation sont précisés dans les Normes et directives à l’intention des archéologues-conseils du ministère des Industries du patrimoine, du sport, du tourisme et de la culture. Le but des trois premiers stades est de repérer les sites archéologiques, d’évaluer leur valeur ou leur caractère sur le plan du patrimoine culturel et de recommander les stratégies qui conviennent le mieux pour les sites archéologiques nécessitant des mesures d’atténuation des effets de l’aménagement. L’évaluation se déroule de la manière suivante :

Stade 1 – Étude préliminaire et inspection du bien : Examen de l’information sur les aspects géographiques, historiques et de l’utilisation du sol se rapportant au projet, souvent accompagné d’une inspection du bien.

Stade 2 – Évaluation du bien : Prospection du bien, en précisant les strategies mises en oeuvre en fonction de sa nature (p. ex. parcourir un terrain labouré, effectuer des sondages, etc.).

Stade 3 – Évaluation spécifique des sites : Excavation d’unités de fouille plus importantes afin de déterminer l’étendue spatiale du site archéologique repéré. C’est aussi à ce stade que sont formulées les stratégies d’atténuation des effets de l’aménagement.

Stade 4 – Atténuation des effets de l’aménagement : Détermination de la mise en oeuvre des stratégies de protection à long terme des sites archéologiques. Si la préservation du site archéologique n’est pas une solution viable, des fouilles archéologiques exhaustives sont effectuées pour établir un dossier sur le site et en retirer les artefacts avant le début des travaux de construction.

Alène coudée du propriété Thomson-Walker (près de Medonte)
Alène coudée du propriété Thomson-Walker (près de Medonte)

Qui peut faire une demande d’évaluation archéologique en Ontario?

Tout propriétaire est habilité à formuler une demande d’évaluation archéologique d’un bien donné. Aucun bien ne sera évalué sans le consentement d’un propriétaire. Une autorité approbatrice peut demander une évaluation archéologique conformément aux conditions d’application de la Loi sur l’aménagement du territoire, de la Loi sur les cimetières (révisée), de la Loi sur les ressources en agrégats, de la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale ou de la Loi sur le patrimoine de l’Ontario, ou en vertu d’un autre type de transformation susceptible d’avoir des incidences sur un site archéologique connu ou sur une zone dont le potential archéologique est reconnu.

Qui approuve les évaluations archéologiques en Ontario?

Une évaluation est approuvée par l’autorité approbatrice qui en a fait la demande, mais dans la mesure où les activités archéologiques requièrent une licence du ministère des Industries du patrimoine, du sport, du tourisme et de la culture, l’ensemble des rapports archéologiques est soumis au ministère à des fins d’examen de la licence et, le cas échéant, d’un examen du projet. Le ministère délivre des lettres d’approbation pour les rapports conformes à ses Normes et directives à l’intention des archéologues-conseils.

Quelle est la différence entre la recherché archéologique et les activités archéologiques d’atténuation des effets de l’aménagement?

La recherche archéologique sert uniquement à satisfaire un objectif de recherche scientifique. Les activités archéologiques d’atténuation des effets de l’aménagement, dévolues à ce qu’on appelle souvent des archéologues-conseils par opposition aux chercheurs, sont conditionnelles à tout projet de transformation ou d’aménagement d’un site.

Où trouver des archéologues titulaires d’une licence?

Les organismes suivants sont susceptibles de vous aider à trouver des archéologues professionnels :

Qu’est-ce qu’un site archéologique enregistré?

Un site archéologique enregistré est un site inscrit dans la base de données des sites archéologiques gérée par le ministère des Industries du patrimoine, du sport, du tourisme et de la culture. Il est désigné par un numéro Borden.

Qu’est-ce qu’un numéro Borden?

Un numéro Borden est un identificateur alphanumérique unique assigné à chaque site archéologique enregistré découvert au Canada. Ce numéro a été créé par Charles E. Borden (1905 – 1978) au début des années 1950 à l’Université de la Colombie-Britannique. Il repose sur un quadrillage géospatial qui couvre l’ensemble du Canada. Les numéros Borden correspondant à l’Ontario sont délivrés par le ministère des Industries du patrimoine, du sport, du tourisme et de la culture.

Exemple : AjGu-41

Les quatre premières lettres (formats bas de casse, haut de casse, bas de casse, haut de casse) font référence à la case spécifique du quadrillage géographique (chaque case fait environ 16 km/8.7 milles sur 16 km/8.7 milles) sur laquelle se trouve le site. Le nombre après le trait d’union représente l’ordre de découverte des sites dans le quadrillage. Tous les sites archéologiques enregistrés portent un numéro Borden et un nom courant. Par exemple, le numéro Borden AjGu-41 correspond au 41e site archéologique trouvé et inscrit au registre dans la zone du quadrillage identifiée comme AjGu; ce site est connu sous le nom de « Parliament site » (site du Parlement).

Qu’est-ce que le potentiel archéologique?

En s’appuyant sur l’histoire de l’utilisation du sol d’un bien ou sur ses caractéristiques physiques, on peut déterminer la probabilité qu’un territoire donné renferme d’importantes ressources archéologiques, même si aucun site archéologique n’est connu ou enregistré à cet endroit.

Où puis-je obtenir des renseignements sur l’archéologie dans ma collectivité?

De nombreuses organisations peuvent vous donner ces renseignements, notamment votre comité municipal du patrimoine, les musées locaux, le ministère des Industries du patrimoine, du sport, du tourisme et de la culture, la Société ontarienne d’archéologie et la Fiducie du patrimoine ontarien.

Où puis-je étudier l’archéologie?

L’Ontario compte beaucoup d’universités qui proposent des programmes liés à l’archéologie : Université de Toronto, Université de Windsor, Université Western Ontario, Université McMaster, Université Trent, Université Wilfrid Laurier, Université Lakehead et Université Laurentienne.

Avec qui communiquer pour être bénévole sur un site archéologique?

Vous pouvez communiquer avec la Société ontarienne d’archéologie pour obtenir des renseignements sur les autres programmes organisés dans la province.

Fouille archéologique à la maison Macdonell-Williamson (Chute-à-Blondeau)
Fouille archéologique à la maison Macdonell-Williamson (Chute-à-Blondeau)