Menu

Informations sur l'accessibilité : Nous avons actuellement des problèmes avec l'ascenseur sur ce site. Le service normal reprendra le plus tôt possible.

Lorsque les dirigeants de la Canadian Birkbeck Investments and Savings Company ont décidé en 1907 de construire leur nouvel immeuble de bureau, ils ont choisi un emplacement hautement convoité. Le 10, rue Adelaide était à un jet de pierre des rues Yonge et King. Un important trafic de voitures empruntait la rue Adelaide et le nouvel emplacement bénéficiait aussi du passage quotidien dû au voisinage de la poste, du tribunal et de nombreux autres établissements financiers.

La Canadian Birkbeck Investments and Savings Company fut le premier propriétaire de ce qui est aujourd'hui le Centre du patrimoine ontarien - le siège de la Fiducie du patrimoine ontarien. La compagnie faisait partie d'un groupe d'établissements financiers qui s'est développé à la fin du 19e siècle pour fournir des prêts hypothécaires ou obligataires. Conformément à une pratique répandue à l'époque, la Compagnie exigeait un bâtiment qui n'abriterait pas seulement ses services bancaires et ses bureaux, mais comprendrait aussi plusieurs étages de bureaux locatifs qui pourraient constituer une source de revenus et un espace pour l'expansion future.

George W. Gouinlock, architecte primé de Toronto, venait d'acquérir la notoriété lorsqu'il a été chargé de concevoir le nouveau siège de la compagnie. Il avait déjà, à cette époque, les immeubles de trois banques à son actif. L'immeuble Birkbeck correspond pour George W. Gouinlock à son premier recours au style architectural Beaux-arts, qui devenait en vogue parmi les établissements financiers, en raison de l'image de stabilité et de prospérité qui en émanait. Construit entre 1908 et 1909, ce bâtiment est un bel exemple de l'architecture Beaux-arts et des méthodes de construction considérées comme étant à cette époque à la pointe du progrès. La structure de l'immeuble, en acier à l'épreuve du feu et remplie de terre cuite, constituait sans aucun doute une réaction au Grand incendie de 1904 qui avait dévasté une grande partie du centre-ville de Toronto. Le projet initial de George W. Gouinlock prévoyait un immeuble de sept étages. Pour des raisons inconnues, les étages supplémentaires n'ont pas été construits.

Le 10, rue Adelaide Est est resté propriété de la compagnie puis de ses successeurs, la Canadian Mortgage and Investment Company, jusqu'en 1927, date à laquelle le bâtiment fut vendu à la Standard Bank. Il est ensuite devenu la propriété de différentes sociétés et de particuliers, avant que la Fiducie du patrimoine ontarien ne l'achète en 1985.

Le bâtiment a été désigné lieu historique national pour son importance historique et architecturale. Il appartient à la Fiducie qui en assure la gestion. En dehors de son rôle de bureaux pour la Fiducie, le bâtiment abrite aussi des installations pour des réceptions ou des conférences.

Après son acquisition, un travail considérable a été entrepris pour restaurer le bâtiment et démontrer sa réutilisation adaptée en tant qu'immeuble de bureaux du patrimoine. La Fiducie a entretenu et réinstallé des détails d'origine, particulièrement dans les parties publiques des deux étages inférieurs, permettant ainsi une véritable compréhension de l'architecture édouardienne pendant une des périodes de croissance les plus importantes du Canada. La restauration, en 2002, de l'ancien hall bancaire (La Galerie) a incorporé des traces des nombreux changements apportés à cette pièce, tout en retrouvant le schéma décoratif de l'époque Birkbeck de 1909.

Remarque : Ce site est entièrement accessible.

Ce lieu historique national abrite le siège de la Fiducie du patrimoine ontarien.

Vous pourriez être aussi intéressé par