Histoire - Ontario Heritage Trust

Menu

Histoire

Champlain avant 1603

Samuel de Champlain est né à Brouage, en France, vers 1570. On sait peu de choses de son enfance ou de son éducation, car la plupart des renseignements à son sujet proviennent de ses écrits, qui portent très peu sur sa jeunesse ou sur sa vie privée.

Des recherches généalogiques approfondies ont permis d’établir que le père de Champlain, Antoine, et sa mère, Marguerite Le Roy, étaient tous deux issus de familles qui vivaient des ressources de la mer. À mesure qu’Antoine progresse dans sa carrière maritime, Champlain se voit offrir d’innombrables occasions de sillonner les mers. Ces occasions ont contribué à forger son identité et son savoir-faire de marin. Entre 1599 et 1603, il réalise au moins 27 traversées de l’océan Atlantique, auxquelles s’ajoutent nombre d’autres périples en mer.

Jeune homme, Samuel de Champlain est également influencé par la diversité des cultures et des valeurs de la région française au sein de laquelle il vit. Certains chercheurs ont suggéré que les particularités de la culture et du patrimoine de l’ancienne province de Saintonge ont façonné la vision du monde de Champlain — ses valeurs humanistes, sa tolérance à l’égard de la diversité et son immense curiosité pour le monde qui l’entourait — et ont influencé son approche de la colonie baptisée Nouvelle-France par les Français.

Les expériences de soldat accumulées par Samuel de Champlain au cours des guerres de religion qui sévissent en France à cette époque ont également forgé son identité et influencé son approche de la colonisation en Nouvelle-France. Maréchal des logis dans l’armée d’Henri IV au cours des guerres de religion en Bretagne, Champlain assiste à de terribles atrocités, alors que les catholiques et les protestants s’affrontent afin d’imposer une suprématie religieuse en France. Ces expériences ont non seulement contribué à accroître ses aptitudes militaires, mais sont également à l’origine de son aversion pour la guerre — qu’il souhaite éviter lorsque cela est possible — et de sa tolérance à l’égard d’autres pratiques religieuses dans le contexte de l’universalité catholique. Les expériences militaires de Champlain ont également forgé sa méthode d’exploration et de colonisation, qui privilégie une approche pacifique, même si elle n’a pas toujours donné lieu à une compréhension mutuelle.

Les guerres de religion en Bretagne prennent officiellement fin avec la promulgation, par Henri IV, de l’édit de Nantes en avril 1598 et la signature du traité de paix de Vervins entre la France et l’Espagne en mai de la même année. Le traité de Vervins prévoit le retrait des troupes espagnoles déployées en France et leur retour en Espagne. La question du transport de ces troupes offre une nouvelle occasion de voyager à Champlain, qui accompagne son oncle, Guillaume Allène, également appelé le capitaine Provençal, chargé de rapatrier de nombreux soldats à bord du Saint-Julien.

Après ce voyage en Espagne, il semblerait que Champlain se soit rendu dans diverses régions des Antilles et du Mexique entre 1599 et 1601. Ces voyages lui permettent d’accroître ses connaissances en navigation et d’explorer et de décrire plusieurs régions du monde. Durant cette période, Champlain mémorise les caractéristiques géographiques des lieux qu’il visite. Plus tard, il esquissera des descriptions, fondées non seulement sur ses souvenirs, mais également sur les renseignements qu’il glane auprès des personnes rencontrées en chemin, des territoires qu’il a visités et de la faune et de la flore. Champlain est également très intéressé par les esclaves africains et par les populations indigènes qu’il rencontre aux Antilles et au Mexique. Ses écrits font état de son horreur et de son dégoût à l’égard du traitement qui leur est infligé sous le joug espagnol, ainsi qu’au regard de la tyrannie religieuse qui leur est imposée.

De nouveau en Espagne, Champlain rédige un « bref discours » sur ses voyages au sein de l’empire espagnol, qu’il présente au roi Henri IV en 1601 dès son retour en France. Cette même année, le roi octroie à Champlain une pension annuelle et lui ordonne de demeurer à la cour de France.

Entre 1598 et 1601, les voyages entrepris par Champlain aiguisent ses talents de navigateur, d’explorateur, de cartographe et de naturaliste. Toutes ses expériences influencent profondément son approche de l’exploration et de la colonisation des actuelles provinces du Québec et de l’Ontario.