Place Fulford - Ontario Heritage Trust

Menu

En raison de la COVID-19, la Place Fulford sera fermée jusqu'à nouvel ordre. Nous sommes en train de concevoir une nouvelle programmation numérique, alors n'oubliez pas de revenir consulter ce site pour obtenir une mise à jour. Même si nous sommes fermés au public, vous pouvez toujours nous joindre par téléphone au 613 498-3003 ou par courriel à fulford@heritagetrust.on.ca.

A propos de George T. Fulford

Né à Brockville en 1852, George Fulford I suivit les traces de nombreux hommes d’affaires canadiens qui transcendèrent leurs origines modestes pour faire fortune à la fin du XIXe siècle. Il fréquenta une école de commerce à Belleville avant de retourner à Brockville en 1874 pour travailler comme apprenti dans la pharmacie de son frère William (1844-1879), un apothicaire local. C’est là que George Fulford I prit conscience du potentiel commercial des médicaments brevetés.

À une époque où peu de gens avaient les moyens de suivre un traitement médical, les médicaments brevetés promettaient d’être des remèdes abordables pour soigner bien des problèmes de santé. En 1887, George Fulford I fonda la compagnie G.T. Fulford & Co. pour fabriquer et distribuer de tels médicaments.

Trois ans plus tard, la compagnie fit l’acquisition des droits des « pilules roses pour personnes pâles » du Dr William Jackson. Si l’affaire ne fut guère profitable à leur inventeur, George Fulford I fit quant à lui fortune en commercialisant judicieusement les pilules par le biais de la société médicale du Dr William – la branche commerciale de la G.T. Fulford & Co.

Grâce à une publicité intensive dans la presse populaire, les pilules roses pour personnes pâles de George I connurent un succès international. En l’espace de cinq ans, la société médicale du Dr William s’étendit partout en Amérique du Nord, en Europe et dans l’Empire britannique.

Alors que son négoce prospérait, George Fulford I occupait également un siège au conseil municipal et à la commission des finances de Brockville. Membre dévoué du Parti libéral, il fut récompensé de son soutien au premier ministre Wilfrid Laurier par le biais d’une nomination au Sénat du Canada en 1900.

George Taylor Fulford I mourut à Newton (Massachusetts) en 1905 des suites de blessures survenues dans un accident automobile. Sa disparition prématurée l’empêcha de réaliser la plupart de ses ambitions, mais il fit néanmoins beaucoup en peu de temps.

Au fil des années, les membres de la famille Fulford ont toujours soutenu généreusement leur collectivité.

La plus belle expression de cet esprit communautaire est le legs généreux de la Place Fulford à la Fiducie du patrimoine ontarien en 1991, de façon à en assurer la protection au nom des citoyens de l’Ontario.


Arbre généalogique

  • George Taylor I (1852-1905), m./ép. (1880) Mary Wilder White (1856-1946)
  • Dorothy Marston (1881-1949), m./ép. (1904) A.C. Hardy
  • Martha Harris (1883-1910), m./ép. (1906) G. Sherrif I et m./ép. (1909) C. MacLean
  • George Taylor II (1902-1987), m./ép. (1926) Josephine C. Weller I et m./ép. (1964) Jutta (Judy) Kruse II
  • George Taylor III (1927-1995)
  • Martha Charlotte (1928)
  • Dwight Wilder (1931-2009)

La Place Fulford fut habitée par des membres de la famille de 1900 à 1987. George Taylor Fulford I, l’un des dix enfants de Hiram Fulford (1807-1876) et Martha Harris (1811-1880), fit construire la demeure en 1900. Son fils, George Taylor Fulford II, en prit la responsabilité en 1946, après la mort de sa mère, Mary Wilder White. Les enfants de George II, George Taylor Fulford III, Martha Charlotte Fulford et Dwight Wilder Fulford, vécurent également à la Place Fulford. George Taylor IV, l’arrière-petit-fils de George Taylor Fulford I, y faisait de fréquentes visites.

Mary

Après la mort de George Fulford I, Mary Fulford éleva son jeune fils et assura l’entretien du domaine avec l’aide de son personnel domestique.

Élevée dans une famille américaine aisée, Mary mit à profit ses aptitudes sociales pour faciliter la carrière de son fils.

Tout au long de sa vie, Mary assuma son rôle d’hôtesse en offrant sa maison comme résidence officieuse des hommes et femmes d’État. Sa réputation et sa fortune lui valurent la visite de nombreuses personnalités éminentes, parmi lesquelles des membres de la famille royale.

Dorothy

Premier enfant de George et Mary, Dorothy (1881-1949) fut témoin de l’ascension fulgurante de son père au statut de millionnaire. Elle avait 20 ans lorsque la famille finit par emménager dans sa nouvelle résidence.

Pendant les travaux de construction de la Place Fulford, la famille vivait à Thornton Cliff, la demeure située à l’est de la propriété. Par la suite, les parents de Dorothy achetèrent cette propriété contigüe pour en faire cadeau à leur fille à l’occasion de son mariage.

En 1904, Dorothy épousa Arthur Charles Hardy, fils d’un ancien premier ministre de l’Ontario. Le mariage fut la première et la plus grande fête jamais organisée par George Fulford I dans sa nouvelle demeure, ce qui lui donna l’occasion d’afficher la fortune et la situation sociale de sa famille.

Martha

La sœur cadette de Dorothy, Martha, se maria deux fois. Son premier époux décéda peu de temps après leur mariage, en 1906. Elle se remaria en 1908 à bord du yacht familial, le Magedoma, à Montréal. Sir Wilfrid Laurier, premier ministre du Canada, conduisit la mariée à l’autel. Martha mourut en couches en 1910.

George II

Mary Fulford avait 46 ans lorsqu’elle donna naissance à George Taylor Fulford II en 1902.

George Taylor Fulford II reprit l’affaire familiale et mena une carrière politique, tout comme son père avant lui.

Il siégea à l’Assemblée législative de l’Ontario (1934-1937) et à la Chambre des communes (1940-1945 et 1949-1953), et continua de servir activement la collectivité jusqu’à sa mort en 1987. Il laissa derrière lui trois enfants, George Taylor Fulford III, Martha Charlotte Fulford et Dwight Wilder Fulford.

You may also be interested in